Les différentes forces en présence au #Yémen ne sont pas toujours faciles à cerner les alliances pouvant changer rapidement. Voici les principales:

Les rebelles Houthis

Les Houthis originaires du nord sont chiites zaïdites. Ils ont été violemment combattus par l'ex-président Ali Abdallah Saleh de 2003 à 2011, celui-ci étant pourtant Houthis tout comme eux. Le nouveau président Abd Mansour Hadi, n'arrivera pas à instaurer un dialogue national, établi après la révolution populaire qui avait conduit à la chute de Saleh. En septembre 2014 le mouvement Houthis s'attaque à l'autorité de l'État et commence à faire route vers Sanaa, la capitale. Il se rendra maitre facilement de la place 21 septembre 2014, forçant en janvier 2015 le président Hadi bien que soutenu politiquement par la communauté internationale, à se réfugier à Aden.

Les Houthis ont comme principal allié sur place une partie de l'armée yéménite qui est restée fidèle à l'ex-président Saleh, celui-ci faisant alliance maintenant, avec ses ennemis d'hier. Des accrochages se sont produits à l'intérieur des forces armées ralliées aux Houthis. Un officier d'une brigade fait état d'accrochages à l'intérieur même de certaines brigades.  

Le groupe islamique Al-Qaida

Al-Qaida Péninsule Arabique (AQPA) est une fusion entre les membres déjà installés au Yémen et ceux d'Arabie Saoudite chassés par le pouvoir. C'est une branche dure du mouvement islamiste, responsable de nombreux attentats au Moyen-Orient et dans le monde, dont celui contre Charlie hebdo. Ils possèdent deux camps d'entrainement très actifs à Mahfad dans le sud et Yaklah un peu plus au nord. 

Bien implantés dans le sud et l'est du pays, ils sont embusqués, attendant le bon moment pour passer à l'action. La dernière était la prise de de Moukalla, une ville portuaire de 200 000 habitants sur la côte Est, à 500 km d'Aden. La prise de contrôle s'est effectué en deux jours et presque sans combattre face à l'armée régulière qui a préféré se replier dans des camps proches de l'aéroport. Le premier jour, 300 détenus de la prison ont été libérés, dont un des principaux dirigeant d'AQPA, Khaled Batarfi emprisonné depuis 4 ans. Il faut noter que les Américains ont essayé par le passé d'affaiblir AQPA avec de nombreuses frappes de drones mais sans grand succès.  

Daesh

L'Etat Islamique est composé à la base par une faction dissidente d'AQPA, qui a fait allégeance au califat autoproclamé. Ils sont responsables des attentats dans les mosquées chiites de Sanaa le 20 mars 2015 ainsi que de l'assassinat de 29 agents des forces de sécurité dans la province du sud Lahj. Ils voudraient s'emparer de points stratégiques pour asseoir leur pouvoir.  

Les forces soutenant le président Hadi

Les forces gouvernementales du président Hadi. C'est la grande inconnue. Si on sait qu'autour d'Aden ce sont des combattants des comités populaires qui s'opposent à l'avancée des Houthis, on parle sans arrêt des forces de sécurité sans bien savoir ce que cela représente exactement dans un pays où règne le chaos le plus total. L'armée "régulière" est fluctuante au gré des ralliements à un camp ou à un autre. Dans l'Est, elle existe toujours, avec de multiples accrochages avec AQPA, mais après l'épisode de Mukalla, on peut penser qu'elle n'a pas une ardeur au combat démesurée.  

La coalition des dix pays arabes

Pour finir ce tour d'horizon il ne faut pas oublier les forces aériennes de la coalition arabe, qui possèdent une centaine d'avions aptes à bombarder les positions des rebelles. Ces avions opèrent depuis l'extérieur du pays,