Le président du Tadjikistan, Emomalii Rahmon, a ordonné à son Parlement d'envisager un projet de #Loi qui interdirait l'enregistrement des noms à consonance arabe, selon un fonctionnaire du ministère de la Justice de l'état civil qui aurait déclaré cette surprenante décision à Interfax.

« Après l'adoption de cette nouvelle loi, les bureaux d'enregistrement n'auront plus la permission d'attribuer des noms incorrects à consonance étrangère et qui ne respectent pas la culture locale. Mais aussi, les noms désignant des objets, de la flore et de la faune, ainsi que les noms d'origine arabe »,selon les mots du président, Emomali Rahmon, rapportés par Jaloliddin Rahimov.

Publicité
Publicité

Une liste de prénoms recommandés

Cette loi ne serait valable que pour les bébés nés après l'adoption de la loi par le parlement, même si de nombreux parlementaires étaient plus exigeants et demandaient même que les noms existants à consonance arabe devaient être changés au profit d'un nom qui respecte les traditions locales du pays.

Le gouvernement prévoit même de faciliter la vie des parents, en leur proposant des listes avec des prénoms qui seraient recommandés pour leur bébé s'ils n'ont pas d'idées précises en tête. Étonnant comme démarche, surtout si on imagine que la plupart des parents opteront pour les mêmes prénoms qui reviendraient sans cesse.

L'Islam au Tadjikistan, plus qu'une religion

L'Islam est la religion qui est pratiquée à plus de 98 % au Tadjikistan. Le pays émet de nombreuses réserves sur le gouvernement laïc que prône le président.

Publicité

Pour certaines familles il s'agirait même de restreindre les libertés de chacun. Pour le gouvernement, cette loi serait la bienvenue pour éloigner les jeunes de toutes dérives sectaires et de les empêcher de développer des « idées radicales ».

Cette loi viendrait en complément de la loi sur l'interdiction aux jeunes de moins de 35 ans de faire leur pèlerinage à la Mecque. Alors que de nombreuses rumeurs circulent sur cette interdiction, pour le gouvernement il s'agit simplement de favoriser les plus âgés à effectuer leur pèlerinage, l'un des piliers de l'Islam.

Pour les forces de l'ordre au Tadjikistan, les musulmans qui montrent leur appartenance religieuse peuvent être assimilés au terrorisme. #Asie