La présidente du #Chili, Michelle Bachelet, veut passer une réforme éducative. Cependant, les principaux intéressés que sont les étudiants et les enseignants ne se sentent pas intégrés au processus de réforme. Ils ont décidé de sortir par milliers dans les rues de Santiago, Valparaiso et Concepcion pour démontrer leur insatisfaction face au chemin sur lequel s'engage la présidente socialiste. En avril dernier, une première manifestation avait été effectuée.

Dans les trois villes, quelques confrontations ont dérivé en affrontements avec les forces de l'ordre. Les étudiants ont jeté des projectiles sur les policiers qui les ont repoussés avec des canons à eau. Ces petits événements ont tout de même été isolés. En général, la manifestation s'est effectuée pacifiquement dans l'Alameda, l'avenue principale de la capítale du Chili.

Les enseignants et les étudiants réclament une réforme éducative depuis plusieurs années. Cependant, ils ne veulent pas d'une réforme qui les fera revenir au même point. Leur but est d'offrir un système d'éducation égalitaire et non un copier-coller de ce qu'ils possèdent actuellement. L'objectif est de mettre en place un système dans lequel les étudiants et enseignants ont un rôle clé à jouer.

«On ne considère pas notre point de vue pour faire la réforme, notre vision des choses est importante car nous sommes une partie importante de cette dernière. Les réformes sont bloquées avant de se concrétiser en quelque chose de vraiment bien», a regretté une étudiante anonyme qui témoignait avec beaucoup de déception dans la voix.

La fin du privé, au profit de qui?

Les étudiants se demandent si la fin de l'éducation privée se fera réellement au profit d'une système plus accessible à l'ensemble de la population. Le système actuel est un héritage d'Augusto Pinochet. En janvier dernier, le gouvernement avait entamé la première phase de la réforme en arrêtant la sélection des étudiants et la fin des écoles pouvant faire des profits. En ce moment, les élèves croient que la nouvelle réforme se fera au profit des politiciens ou non des enfants, adolescents et étudiants.

Des salaires plus élevés pour les enseignants

En plus de l'augmentation de 28 % qui est prévue pour les enseignants, ces derniers veulent des conditions de travail améliorées. La présidente ne semble pas être en contrôle dans ce dossier qui lui a pourtant permis de se faire élire. Elle est dans l'eau chaude et doit faire la démonstration à sa population qu'elle sait où elle va dans ce dossier. #Education #Amérique latine