Le festival de viande de chien de Yulin, une ville située dans la région autonome du Guangxi, dans le sud de la #Chine, se tient chaque année lors du solstice d'été. Selon une tradition locale, la viande de chien, qui est dégustée avec des litchis et accompagnée d'alcools forts, permet à ceux qui en mangent de rester en bonne santé et de ne pas tomber malade.

Des pratiques cruelles cautionnées par les pouvoirs publics

Cette année ce festival se déroulera les samedi 21 et dimanche 22 juin et attirera des dizaines de milliers de visiteurs, au grand dam des associations de protection de défense des #Animaux chinoises et étrangères.

Officiellement, plus de 10 000 chiens et 4 000 chats seront abattus dans des conditions de souffrance particulièrement atroces. En réalité, les chiffres sont largement sous-estimés par les autorités locales. Ils seraient proches de 40 000 chiens et 10 000 chats.

La Chine, qui ne dispose d'aucune législation de protection des animaux hormis celle qui s'applique à la faune sauvage, est le pays qui consomme le plus de viande canine et féline en Asie mais également dans le monde.

Chaque année, de nombreuses associations de défense de la cause animale tentent de faire annuler ce festival. En vain. Les autorités font la sourde oreille et ne prennent pas en compte les centaines de milliers de pétitions qui lui parviennent, principalement de l'étranger.

Mais les amoureux des animaux ne sont pas prêts de baisser les bras face à ces pratiques barbares et cruelles cautionnées par les pouvoirs publics qui semblent apprécier les espèces sonnantes et trébuchantes qu'un tel événement leur rapporte. Régulièrement, elles annoncent que le festival est annulé dans le but de faire retomber la pression internationale. Mais plus personne n'est dupe. Ces annonces mensongères ne sont plus prises au sérieux.

L'animal doit souffrir pour que la viande soit meilleure

Les animaux consommés - qui sont pourtant des êtres doués de sensibilité - proviennent principalement d'élevages clandestins. Ils sont détenus dans des conditions atroces. A l'approche du festival, de nombreuses bêtes sont enlevées à leurs propriétaires qui les laissent sans surveillance.

Les chiens et les chats terminent leur triste vie bouillis, rôtis ou frits. Dans la plupart des cas, ils ne sont pas abattus avant de subir un tel traitement. Il faut que l'animal souffre pour que la viande soit meilleure, selon les amateurs.

La pression internationale ne doit pas faiblir. Elle doit même s'intensifier. En outre, de plus en plus de Chinois possèdent des animaux domestiques. Ils considèrent que manger des chiens ou des chats est un comportement cruel et barbare.

Tôt ou tard, le festival de viande de chien de Yulin va disparaître car les mœurs évoluent en Chine. Un peu trop lentement malgré tout. Il est urgent que le gouvernement chinois prenne les choses en mains. Une loi de protection des animaux permettrait de mettre fin à la consommation de viande de chien et de chat.