Les pluies torrentielles ont provoqué un glissement de terrain dans la nuit de dimanche à lundi dans la région de Salgar en Colombie. Jusqu'à maintenant, le bilan officiel fait état de 48 victimes, mais il est fort probable que ce dernier s'alourdisse au cours des prochaines heures en raison des nombreuses disparitions. Un grand nombre de personnes ne se sont pas encore signalées aux autorités et pourraient avoir été blessées ou avoir été emportées par le glissement de terrain.

Les autorités colombiennes ont expliqué que les fortes pluies ont fait en sorte que la rivière qui passe près de la ville soit sortie de son nid et que les terres aient glissé en raison de la présence d'eau dans les sols. Le maire de Salgar, Olga Osorio, a expliqué sur les ondes de la radio que « les nombreux habitants de la ville ont été réveillés par l'entrée de l'eau dans leur foyer ». De plus, il a précisé que le village le plus touché n'existe simplement plus. La puissance des eaux a tout emporté...

Inés Cardona, directrice du département administratif de prévention des catastrophes naturelles du département d'Antioquia a fait état d'un bilan de 48 morts. Elle a prévenu les représentants de la presse que "ces chiffres pourraient fort probablement augmenter dans les heures à venir".

La vallée de Liboriana sous la boue

Elle a d'ailleurs expliqué que « la majorité de la vallée de Liboriana était maintenant ensevelie sous les boues et les décombres ». Cet endroit est relativement difficile d'accès et il risque d'être difficile d'y envoyer des secours terrestres rapidement.

Le président de la Colombie, Juan Manuel Santos, a indiqué que « les autorités compétentes sont en train de répondre aux urgences dans le secteur de Salgar » en assurant le soutien de l'État aux victimes. L'ex-président colombien originaire de cette région, Alvaro Uribe, a indiqué être en route pour supporter la communauté de Salgar. Plusieurs équipes d'intervention sont en route vers cette petite ville de 18.000 habitants. #Amérique latine