Le bilan préliminaire faisait état d'une cinquantaine de morts. Puis les autorités ont élevé les chiffres à près de 80 morts et maintenant, il est presque certain que le bilan officiel dépassera le cap des cent victimes. En ce moment, le bilan officiel est de 92 victimes pour le glissement de terrain qui eu lieu il y a maintenant six jours dans la ville de Salgar en Colombie dans la nuit du 17 au 18 mai.

Plusieurs des familles touchées avaient de modestes demeures dans la montagne. Beaucoup vivaient sans revenus importants, principalement de la terre. Le glissement de terrain et le flot d'eau provoqué par les pluies torrentielles ont des conséquences importantes pour elles. Des grandes parties de la région sont couvertes par les boues. Il sera difficile de se remettre à l'agriculture. D'autres ont perdu leur maison détruite par la force des eaux. Plusieurs mois seront nécessaires aux familles pour se remettre de la catastrophe.

Des funérailles pour 33 victimes

Les autorités avaient réussi à identifier 33 des 92 corps retrouvés jusqu'à maintenant. Dans un parc de la municipalité de Salgar, les familles ont effectué des funérailles collectives pour les familles des victimes. La cérémonie au cours de laquelle les 33 corps ont été inhumés était pleine d'émotion. Plusieurs membres des familles ne sachant s'ils devaient se sentir coupables d'être encore en vie.

Le travail de recherche continue

Les autorités colombiennes n'ont pas terminé les travaux de recherche des corps. Plusieurs familles attendent toujours de savoir si leurs proches disparus sont encore en vie, s'ils ont été retrouvés dans les boues ou s'ils ont miraculeusement survécu. Chaque corps qui revient des boues est épié par les personnes qui n'ont toujours pas de nouvelles de leur proche manquant. Le fait de ne pas savoir est pire que de savoir qu'un proche est mort. Les familles qui n'ont pas de nouvelles vivent avec l'espoir de retrouver la personne en vie. Au moins, sachant qu'il est mort le processus de deuil peut débuter. Les autorités colombiennes pensent que d'autres corps demeurent ensevelis dans les boues. #Amérique latine