Le gouvernement colombien désire mettre fin au conflit qui gangrène ce pays depuis plus de 50 ans, mais il agit de manière contradictoire et prend des risques importants. Pendant que le processus de paix est en cours, le président Juan Manuel Santos se refuse non seulement à un armistice, mais il bombarde des camps de guérilleros et ces derniers ont tué l'un des principaux négociateurs des Forces armée révolutionnaires colombiennes (FARC) en mission pédagogique afin d'expliquer aux combattants le processus de paix.

Jairo Martinez fait partie des 27 combattants décédés le 21 mai. Suite à ces attaques, le groupe armé avait communiqué la fin de la trêve unilatérale. Les FARC avaient laissé savoir leur ouverture envers le processus de paix. Mais la perte d'un poids lourd dans leur haute-garde risque d'avoir un impact sur leur volonté de négocier des accords avec les représentants du gouvernement de Juan Manuel Santos.

Deux poids lourds tués

Le commandant en chef des FARC, Pastor Alape, a confirmé que « Jairo Martinez était dans la région du Cauca pour enseigner et expliquer aux combattants les tenants et aboutissants des négociations en cours à La Havane avec les autorités colombiennes lorsqu'il a été tué ».

Ce dernier a également confirmé la mort de Alfredo Alarcon Machado, commandant de la zone Nord-Ouest et membre de l'État major central. Le fait que l'armée colombienne intensifie ses attaques contre les FARC risque de mettre en péril les efforts de paix.

Le groupe révolutionnaire qui est actif dans les régions rurales de la Colombie n'a pas mentionné son retrait de la table de négociations, mais la trêve est carrément hors de question maintenant. Les négociations allaient bon train vers un dénouement heureux. Des avancées suite au déminage de plusieurs secteurs, des accords liés à l'arrêt de l'utilisation des enfants, et la trêve permettait de croire en des jours meilleurs. Mais la réplique de l'État à un embuscade des FARC qui avait tué 11 militaires semble remettre certaines questions sur le tapis et pourrait malheureusement gâcher le travail effectué depuis novembre 2012. #Amérique latine