Ban Ki-moon devait être le premier Secrétaire général des Nations-Unies à visiter la #Corée du Nord, qui vient d'exécuter son ministre de la Défense, depuis plus de deux décennies. Cependant, les Nord-Coréens ont décidé que cette visite n'était pas approrpriée dans le contexte actuel. Ils ont annulé le passage du diplomate à Pyongyang. Ce dernier était en Corée du Sud lorsqu'il a appris cette annulation et n'a pas apprécié.

Cette décision survient à peine 24 heures après le discours du Secrétaire général à l'intérieur duquel il avait demandé aux Nord-Coréens de ne pas encourager les tensions militaires qui règnent en ce moment. Il semble que les leaders ont peut-être mal digéré la remarque du représentant des Nations-Unies. En général, le leader Kim Jong-un ne reste pas silencieux devant les remarques des diplomates étrangers liées à la course aux armes nucléaires dans laquelle s'est engagée la Corée du Nord.

Au cours de son passage à Séoul en Corée du Sud, Ban Ki-moon a indiqué « être très inquiet des possibles nouvelles courses aux armements et aux tensions de la région entourant la Corée du Nord ». Les inquiétudes du diplomate sont relativement légitimes quand on sait que le pays à mener des tirs de missiles balistiques depuis un sous-marin. Ces gestes allaient contre la résolution de l'ONU.

Il aurait été le premier depuis 1993

Depuis la visite de Boutros Boutros-Ghali, Ban Ki-moon aurait était le premier dirigeant des Nations-Unies à venir visiter la Corée du Nord. Cette visite aurait été une première et une occasion pour le pays de désamorcer quelques tensions. Le diplomate devait visiter le complexe industriel de Kaesong. Il a appris la nouvelle à quelques heures de son déplacement sans recevoir d'explications sur les raisons qui justifient cette prise de position.

Ban Ki-moon avait été ministre des Affaires étrangères pour la Corée du Sud auparavant et comprend bien le contexte du conflit coréen. Les deux Corée sont toujours en guerre sur le papier mais il n'y a pas d'affrontements armés et sont en confrontation. Le Secrétaire général a bien précisé que la fin de ce conflit est conditionnelle au fait que la Corée du Nord se plie aux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU et ce n'est pas chose faite. #Asie