Dabiq est un magazine de propagande de l'État islamique, plus communément appelé ISIS (État islamique en Irak et Al-Sham). Le dernier numéro met en évidence une affaire jugée « trop délicate » par la société : le viol. Ou du moins, de la façon dont vivent les #Femmes abusées sexuellement par les combattants de l'État islamique.

Dans ce numéro, le magazine de l'État islamique met en évidence le phénomène des « esclaves sexuelles » avec un témoignage ahurissant d'une femme Yazidi. Umm Sumayyah al-Muhajirah s'exprime sur le fait qu'elle ne juge pas le « sexe forcé » comme du viol, mais plutôt comme une forme de « grande Sunna prophétique » se basant sur les faits du prophète Mahomet.

Publicité
Publicité

Ce qui va à l'encontre même des principes de l'Islam qui défend que le sexe doit être pratiqué uniquement entre un mari et sa femme. Or ici, les femmes sont considérées comme des « objets » sexuels.

Le suicide, la seule solution pour s'en sortir

Certaines Yazidi ne voient plus d'autres solutions que le suicide pour ne plus vivre l'enfer de l'esclavagisme sexuel dans lequel elles sont engouffrées. Elles jugent les conditions de vie « inacceptables ». Umm Sumayyah a une pensée pourtant bien différente de ses « camarades », pour elle ces faits sont « normaux » et permettent de pallier les besoins des hommes.

Récemment, une vague de suicide s'est fait remarquer au sein d'ISIS, les femmes utilisaient souvent leurs foulards pour se pendre. Le chef de file de l'Etat islamique a immédiatement tenu à réagir à cette « nouvelle tendance » du suicide, jugeant que « se donner la mort est pêché dans la religion », en privant le port du foulard pour les esclaves sexuelles, d'après les informations de The Daily Beast.

Publicité

Michelle Obama en prend pour son grade

Umm Sumayyah se permet de dire qu'elle ne se considère pas « violée », bien sûr elle ne se voit pas non plus prostituée comme « les femmes de l'ouest ». Pour elle : « une prostituée commet ouvertement le péché, elles vivent en vendant leur honneur ». Umm Sumayyah a voulu lancer un pic à la première dame des États Unis : « Le prix de Michelle Obama ne dépassera même pas un tiers d'un dinar, même un dinar c'est un peu trop pour elle ». Pour information, un dinar est équivalent à 140 dollars. #Daesh