Un accord a été passé entre la ville de Cleveland, dans l'État de l'Ohio, et le ministère de la Justice américain afin d'éviter un long et coûteux procès civil à la ville où les policiers ont commis des abus de pouvoir dans l'utilisation de la force lors d'arrestations. Cette entente signée dans la journée du 27 mai pose en détails les balises d'un code de conduite des pratiques policières afin de s'assurer que des bavures comme celle de Michael Brelo ou du policier qui a tué un enfant avec un jouet en forme de pistolet ne se reproduisent pas dans le futur.

Le procureur fédéral en charge de l'affaire, Steven Dettelbach, a indiqué que cet accord historique « va permettre de transformer la manière dont les policiers agissent dans la ville de Cleveland ». De plus, l'entente risque de permettre à d'autres municipalités d'utiliser les mêmes paramètres pour leur corps policier.

Le code de pratiques est très détaillé

L'entente signée fait un total de 105 pages. Le procureur est allé dans le détail afin de mettre les balises pour une conduite appropriée des policiers. Il comprend une série d'initiatives pour le maintien de l'ordre, de nouvelles manières de faire pour entraîner les policiers dans l'utilisation de la force, et des mesures pour en finir avec les pratiques racistes.

Les communautés auront une part de responsabilités

Dans cette entente, les associations de quartier auront une voix au sein d'une commission qui aura comme mandat de voir au bon fonctionnement des affaires internes de la police sous la gouverne d'un civil qualifié. Cette collaboration entre la communauté est un pas afin d'enlever les barrières raciales dont sont victimes les communautés afro-américaines dans certaines villes dont Cleveland.

De plus, pour s'assurer que les policiers ne commettent pas de bavures ou n'utilisent pas la force de manière exagérée contre les personnes ayant des troubles mentaux, des cellules seront entraînées afin d'intervenir dans ces situations précises.

L'accord survient quelques jours après l'acquittement du policier Michael Brelo qui avait provoqué plusieurs manifestations à Cleveland. Ce dernier avait dirigé 49 coups de feu en direction d'un couples afro-américain. Il est évident que la ville de Cleveland a préféré se soumettre au gros bon sens et appliquer des règles plus strictes que de faire face à un procès au civil en raison de l'utilisation injustifiée de la violence par ses policiers. #Etats-Unis #Racisme