Ce dimanche 3 mai s'est tenu le concours de caricatures de Mahomet dans la ville de Garland au Texas, dans le sud des #Etats-Unis. Les autorités ont annoncé la mort de deux hommes lors d'une fusillade. Les individus étaient armés et s'apprêtaient à attaquer les participants du concours.

D'après un communiqué de la ville de Garland, les deux hommes armés ont « ouvert le feu », contre un agent de sécurité, cachés par un véhicule. Les individus ont tenté de commettre un attentat au Curtis Culwell Center, où étaient organisés le concours et une exposition. Heureusement, l'agent de sécurité est sain et sauf malgré ses blessures.

Publicité
Publicité

Deux individus sympathisants de l'Etat Islamique ?

Aujourd'hui, une équipe de démineurs est présente sur le lieu de la fusillade pour examiner le véhicule des deux hommes abattus par les policiers du SWAT. Les commerçants à proximité du Curtis Culwell Center ont été priés de fermer leurs boutiques. Joe Harn, le porte-parole de la police de Garland, a affirmé que le lieu ne semblait plus représenter une menace.

Selon l'organisation spécialisée dans la surveillance de sites djihadistes, SITE, les individus armés faisaient partie de l'#Etat Islamique. L'information a été délivrée sur Twitter par un individu, un Britannique nommé Abu Hussain AlBritani, lui-même membre de l'EI. « Deux de nos frères ont ouvert le feu contre l'exposition artistique du prophète Mahomet au Texas », a-t-il posté sur le réseau social.

Publicité

Un concours organisé par une association anti-islamiste

L'événement tenu ce dimanche était organisé par American Freedom Defense Initiative, une association contre l'islam. Selon Pamela Geller, l'organisatrice, 350 personnes participaient au concours lors de la fusillade. Toutes souhaitaient remporter le prix de la meilleure caricature de Mahomet et repartir avec les 10 000 dollars en récompense, soit environ 9 000 euros. « Le monde musulman doit arrêter d'imposer sa sauvagerie sur le monde non-musulman et laïc. C'est l'heure de se tenir debout », a déclaré Pamela Geller au début du concours. Sur leur site internet, American Freedom Defense Initiative précise vouloir « exercer le droit de s'exprimer. »

Geert Wilders, un homme politique néerlandais connu pour ses diatribes anti-islam, était l'invité d'honneur du concours et de l'exposition au Curtis Culwell Center. Il se dit « choqué » de ce qu'il a vécu ce dimanche. « Tirs à Garland, au concours de caricatures de Mahomet pour la liberté d'expression. Je viens juste de quitter le bâtiment #garlandshooting », avait-il publié sur son compte Twitter peu de temps après l'échange de coups de feu.

Pour conclure, Pamela Geller a déclaré à la chaîne Fox que « ce terrible incident montre à quel point une conférence sur la liberté d'expression est importante ». De leur côté, les agents de police vont se consacrer aux recherches sur les identités des deux individus et leurs antécédents.