Le Conseil de coopération du Golfe, qui réunit les pétromonarchies du Moyen Orient, a été créé en 1981. Deux ans plus tard, une alliance est réalisée pour renforcer une coopération militaire entre les pays membres. Le 5 mai dernier, #François Hollande était l'invité d'honneur du Conseil de coopération du Golfe qui a réuni ses membres en #Arabie Saoudite.

Entre 1981 et 2015, le Proche-Orient est en pleine mutation. Des conflits éclatent en #Syrie, au Yémen. De nouveaux acteurs apparaissent dans ces conflits, comme Daesh, de nouvelles alliances se structurent. La rivalité traditionnelle entre Perses chiites et Arabes sunnites s'installe dans le monde musulman. C'est dans ce nouveau décor que François Hollande est l'invité d'honneur sur fond de refroidissement des relations entre les Etats-Unis et l'Arabie Saoudite. Cette dernière attendait de la puissance américaine qu'elle bombarde et précipite le départ du président chiite de Syrie, Assad. Les monarchies du Golfe ont été déçues par les hésitations américaines vis-à-vis de la situation syrienne.

Pour l'Arabie Saoudite, les Etats-Unis favorisent le retour de l'Iran chiite (soutien du régime de Assad et du Hezbollah au Liban) comme puissance régionale au Moyen Orient grâce à la négociation de Genève sur le nucléaire civil. En compensation de cette négociation, les relations vont être normalisées entre l'Iran et la plupart des puissances occidentales, ce qui entrainera la suppression de l'embargo.

C'est dans ce décor chaotique que la France réaffirme sa politique au Moyen Orient. Grâce à des accords de vente sur le Rafale et à la vingtaine de projets représentant plusieurs milliards d'euros dans les domaines aussi importants que ceux du climat, des infrastructures de transport, de l'aéronautique civile, de l'environnement, d'un traitement spécial sur le solaire avec bien sûr une perspective sur le nucléaire, la France espère devenir un partenaire de premier plan au Proche et au Moyen Orient.

Cette lune de miel entre la France et les monarchies du Golfe pourra-t-elle résister au réchauffement des relations entre les Etats-Unis et ses anciens partenaires du Golfe qui sont invités en mai 2015 aux Etats Unis par Obama pour discuter des nouvelles conditions de coopération entre les Etats Unis et les pays du Conseil de coopération du Golfe?