Au cours des dernières années, #Haïti avait fait des progrès afin d'éradiquer les traces du choléra qui continuaient de subsister au pays. Cependant, au cours des derniers mois, les nombreux cas de choléra enregistrés laissent croire que l'épidémie risque de reprendre dans ce pays défavorisé. Jeudi, les Nations-Unies ont envoyé un avertissement pour que la lutte contre ce fléau continue. Lever les gardes serait l'équivalent d'un retour de plusieurs années en arrière.

Pedro Medrano, qui est le coordinateur de la lutte contre le choléra en Haïti, a prédit que « 50.000 nouveaux cas seront probablement enregistrés en 2015 à ce rythme ». Au cours des dernières années, le pays avait réussi à diminuer de moitié les nouveaux cas, passant de 60.000 à 28.000 l'an dernier.

La hausse des cas expliquée par les pluies et la baisse de fonds

Cette augmentation est due à deux facteurs, selon Pedro Medrano. « Premièrement, il y une baisse du financement et la saison des pluies a été très forte », explique-t-il. Pour la saison des pluies, le lien est évident. Au cours de l'arrivée des pluies, le nombre de cas est passé de 1.000 par mois à plus de 1.000 par semaine. C'est quatre fois plus de personnes infectées.

Néanmoins, pour ce qui est du financement, est-ce que l'on peut lui attribuer cette hausse? La réponse est oui, mais en partie seulement, parce qu'au cours des derniers mois, de nombreux organismes ont laissé Haïti pour se consacrer à d'autres projets. Ainsi, de 250 centres de traitement, le pays est passé à 159. C'est une perte de 40%.

Depuis 2010, l'épidémie de choléra est dévastatrice en Haïti. Elle a tué 8800 personnes et a contaminé plus de 700.000 individus. La maladie qui n'était pas présente aurait été introduite par des Casques bleus népalais en 2010. Le responsable de la lutte espère que les organismes internationaux se rendront compte que le choléra n'est pas une lutte qui est terminée. Malgré les endroits qui ont besoin d'aide ailleurs (la lutte contre le virus ebola en Afrique), il insiste que le choléra peut être très dévastateur, rappelant l'épidémie qui avait affecté l'#Amérique latine dans les années 1990 en partant du Pérou.