En ce vendredi 22 mai, l'Irlande a dit "oui" au mariage gay. À plus de 62%, les habitants de cet Etat, pourtant l'un des plus catholiques au monde, ont soutenu le référendum proposé par leur gouvernement actuel, leur proposant d'amender la constitution de leur pays afin d'autoriser le mariage entre deux personnes de même sexe.

Cela annonce donc une ouverture au changement, au progrès et aux avancées sociales vers l'égalité et la tolérance. Mais comment se fait-il que ce projet de loi ait été adopté dans un pays à forte majorité catholique-conservatrice? Rappelons-le, les relations entre personnes de même sexe n'ont été dépénalisées qu'en 1993 en Irlande.

Un taux de participation historique

Selon nos confrères du Monde: "Le sujet a passionné l'Irlande ces derniers mois. Des affiches étaient accrochées à tous les lampadaires". Et en effet, tous les partis politiques irlandais, opposition comprise, ont fait campagne pour le #Mariage gay. 60% des Celtes ont participé au référendum: un taux de participation historique! Il est également à noter que l'opposition au projet de loi a très peu mobilisé, contrairement au mouvement "Manif pour tous" en France.

Une perte d'influence de l'Eglise, à l'origine de ce "oui" massif

L'église a "perdu son emprise sur les Irlandais". Professeurs d'universités locales, journalistes, experts, tous s'accordent sur un point: l'influence de l'église sur les citoyens celtiques s'éteint petit à petit, la majorité de la population devenant "fonctionnement athée". Même l'archevêque de Dublin, Mgr Martin, l'un des plus éminents membres du clergé, a appelé l'Eglise a se rendre compte que les choses avaient évolué: "C'est une révolution sociale qui s'est produite (…). Il est clair que si ce référendum affirme l'opinion des jeunes, il reste beaucoup à faire à l'Eglise". #Homosexualité

"L'Irlande catholique est morte et enterrée"

Ci-dessus, les paroles d'un analyste de la BBC. Cet homme, plein d'espoir, déclare qu'
"à plusieurs niveaux, ce vote est une étape vers le retrait du huitième amendement de la Constitution qui donne les mêmes droits à la vie d'une mère et d'un embryon". Et en effet, l'avortement est totalement défendu par la loi irlandaise, hormis en cas de risque jugé "grave" pour la mère. Ce sont donc pas moins de 4.000 citoyennes irlandaises qui se font avorter au Royaume Uni chaque année. Espérons, pour elles, que le prochain référendum national visera à légaliser l'I.V.G sur leur terre natale.