Les personnes qui pratiquent les sports extrêmes le font toujours pour repousser les limites de l'impossible. Chaque fois qu'un grimpeur débute une voie, qu'un sauteur se lance dans le vide, il y a un risque d'accidents. Cette fois, Dean Potter a eu la malchance de subir cet accident. Le jeune homme est mort avec son compagnon lors d'un accident de base-jumping dans le Parc national de Yosemite dans l'État de la Californie. Il était âgé de 43 ans et son partenaire, Graham Hunt, 29 ans, est également décédé.

Il était sur l'un des endroits les plus connus pour la pratique du base-jumping. Taft Point est l'un des plus hauts promontoires du Parc national de Yosemite.

Publicité
Publicité

La pratique de ce sport extrême y est interdite. Cette interdiction pousse les personnes à sauter lors du lever du soleil afin de ne pas se faire attraper. Avec leur « wingsuit », un vêtement en forme de chauve.souris qui permet à l'utilisateur de planer dans les airs avant le déploiement du parachute, il aurait sauté de la paroi rocheuse. Le problème est que l'atterrissage en douceur n'est pas survenu. Les rangers du Parc national ont trouvé les deux corps dans la journée de dimanche.

Il semblerait, selon des témoignages de personnes les ayant vus voler, que les deux hommes ont heurté le flanc d'une paroi en essayant de passer dans une ouverture étroite.

Dean Potter était connu pour son côté extrême

L'Américain était une figure connue dans le monde des sports extrêmes. Un amoureux des ascensions rapides, de l'alpinisme, des slacklines et du base-jumping, il repoussait constamment les limites du possible.

Publicité

Il est décrit par le site d'escalade Climbing.com comme « l'une des figures les plus créatives et controversées de l'escalade moderne ». Il a établi des records de vitesse dans le Parc national de Yosemite sur El Capitan à plusieurs reprises.

L'interdiction de sauter est-elle justifiée?

Ces deux morts questionnent le fait d'interdire le base-jumping dans le Parc national de Yosemite. Comme plusieurs adeptes le mentionnent, ce n'est pas l'interdiction qui fera en sorte qu'ils ne sauteront pas car ils vont déjà au-delà des limites. Le fondateur du Wingsuit, Tom Uragallo, a indiqué que « le fait de ne pas pouvoir sauter amène les personnes à le faire lorsqu'il y a moins de lumières. Cela ajoute une difficulté de plus ». Il faut se demander si les sportifs extrêmes peuvent pratiquer leur sport en paix car à ce niveau, le concept de sécurité devient insignifiant. #Etats-Unis