La journaliste Carmen Aristegui avait perdu son emploi il y a quelques semaines en raison d'une série d'articles qu'elle avait publiés. Elle avait mis en lumière des situations de corruption dans une histoire liée à la présidence du #Mexique. Sans avoir été démontrés, les liens entre les hauts-dirigeants de la chaîne médiatique pour laquelle elle travaillait et les politiciens avaient fort probablement provoqué son renvoi. La journaliste avait dénoncé cette situation qui portait atteinte à la liberté d'expression. Aujourd'hui, un juge de la cour du huitième district de la ville de Mexico a donné raison à la journaliste qui demandait d'être restituée dans ses fonctions.

Ce jugement peut sembler anodin à première vue. Un conflit entre un employeur et un employé est une chose banale. Mais dans un pays comme le Mexique, une journaliste étoile du pays qui gagne en contestant un renvoi provoqué par une probable corruption du pouvoir, c'est un coup d'éclat.

Le juge, Fernando Silva Garcia, a indiqué dans sa décision que la journaliste aurait la possibilité de discuter avec son ancien employeur des raisons de son renvoi. Elle pourra alors y présenter sa défense. Cette décision pourrait également forcer le groupe médiatique MVS à payer la journaliste et son équipe suspendus depuis le 15 mars.

Une décision qui peut donner de l'espoir aux Mexicains

Cette décision est une lueur d'espoir pour la population mexicaine. La victoire de la journaliste fait la démonstration que les dirigeants politiques ne peuvent taire toutes les personnes ayant le courage d'affronter les autorités corrompues. Carmen Aristegui n'a pas accepté les critiques injustifiées de son employeur qui entretient des liens étroits avec la présidence. Elle a dénoncé, elle a gagné.

La protection légale que cherche à acquérir la journaliste pour elle et son équipe pourrait lui être attribuée suite à la décision du juge. Du moins, les avocats de la journaliste croient qu'elle « aidera à gagner » le conflit. Le groupe médiatique MVS n'a pas émis de commentaires suite à la décision du juge, mais il a fort à parier qu'elles ne seront pas positives. La victoire de Carmen Aristegui n'est pas seulement une victoire personnelle, mais une victoire pour la liberté de presse qui est essentielle à une saine démocratie. #Amérique latine