Il y a maintenant plus de sept mois, 43 élèves étaient enlevés à l'école normale Ayotzinapa de la ville d'Iguala dans l'État de Guerrero au #Mexique. Depuis, c'est une lutte constante de la part des parents pour tenter de savoir l'entière vérité quant à ce qui est vraiment arrivé à leurs enfants. Les autorités ont une version officielle et, bien qu'elle soit contestée, ils ont démontré un minimum de décence en assumant leur version. Le chef de la police locale a été arrêté en raison de sa participation présumée dans l'enlèvement et le meurtre de ces 43 individus, devenus un symbole dans la lutte contre la corruption policière au Mexique.

Le ministère de l'Intérieur du Mexique a émis un communiqué vendredi indiquant que "Francisco Salgado Valladares a été arrêté à Cuernavaca dans l'État de Morelos par la police fédérale alors qu'il rendait visite à ses proches". Le chef de la police d'Iguala circulait dans une camionnette sans immatriculation et avec un fusil d'assaut dans le véhicule. Il est un peu paradoxal de voir un haut gradé des forces de l'ordre enfreindre des lois de la sorte.

Le haut-gradé policier impliqué dans le système de la peur

Dans le communiqué du ministère, il est clairement établi que ce dernier participait activement au système des cartels criminels afin de faire peur à la population. "Il a pris part à l'arrestation des étudiants et les a livré aux groupes criminels", peut-on y lire.

Les 43 élèves avaient été interpellés lors d'une cérémonie à laquelle participait l'ancien maire d'Iguala et son épouse, sœur d'un trafiquant important. Les cartels auraient tué les jeunes après l'intervention de la police. Le maire et sa femme sont déjà en prison. Le chef de la police était l'un des fugitifs les plus recherchés dans tout le Mexique. Il est prouvé qu'il recevait des sommes d'environ 40.000 dollars par mois de la part des cartels pour les aider à contrôler le secteur. Il les aidait à contrôler la zone et à les protéger. Il apparaît qu'il aurait participé à un nombre d'enlèvements bien plus élevé.

Bien que plusieurs remettent la version officielle des autorités mexicaines en question, ils sont conséquents avec celle-ci et arrêtent les coupables corrompus. #Amérique latine