Miss #Russie 2015 pourrait devenir Miss Prison russe. Sofia Nikitchuk, la gagnante du concours de beauté, avait posé pour le magazine Stolnik peut après avoir remporté la précieuse couronne. Drapée dans un drapeau russe, elle adresse un message qui se veut patriotique, alors que la Russie célébrait le 70ème anniversaire de la victoire de l'Union Soviétique sur l'Allemagne nazie. Sur la couverture, figure le titre "Un goût de victoire".

Apparemment, un citoyen anonyme se serait senti offensé par cette couverture. Il aurait déposé plainte pour "offense au drapeau russe". Un délit pénal passible d'une peine d'un an de prison selon la loi russe.

La justice de la région de Sverdlovsk, la région dont est originaire la belle brune devenue Miss Russie 2015, a donné suite à la plainte. Anna Reshyotkina, la rédactrice en chef du magazine Stolnik, a alors appelé le bureau du procureur pour de plus amples informations. Elle a assuré au procureur être la seule responsable de la couverture du magazine. Depuis lors, une semaine a passé sans que la justice ne donne signe de vie au magazine ou à la Miss Russie. 

Apparemment, la Miss Russie n'en serait pas à son coup d'essai. Elle aurait déjà posé dans une robe rouge, devant un drapeau russe. Où est le mal? La beauté des femmes russes est probablement un des plus beaux atouts du plus grand pays du monde. 

Sofia Nikitchuk, Miss Russie 2015, avait remporté le concours en avril. En plus de 60 000$ et d'une voiture, elle a gagné le droit  (et le devoir) de représenter la Russie dans les concours internationaux de beauté. Si elle est jetée en prison, cela risque d'être plutôt compliqué.

En 2013, des strip-teaseuses d'une ville de l'Oural avait fait un show drapées dans des drapeaux russes. Une enquête avait été ouverte, sans que cela n'aille jusqu'au procès.

Un peu plus tôt, le groupe de rock américain Bloodhound Gang avait du annuler une tournée en Russie. Le motif? Lors d'un concert en Russie, ils s'étaient frotté les fesses sur le drapeau russe lors d'un concert en Ukraine.  

Source: The Moscow Times