Les deux terribles tremblements de terre qui ont secoué le #Népal ont fait 8 500 victimes et ont détruit le pays en entier. Ce n'est pas un ou deux édifices qui sont en ruines, c'est la capitale au complet et l'ensemble des villes et villages du pays. La reconstruction s'annonce ardue. Le pays n'a obtenu que 22 millions sur les 415 millions d'aide internationale demandés par l'Organisation des Nations-Unies à ses membres. Suite à ce manque de soutien, le premier ministre népalais, Sushil Koirala, demande au reste du monde deux milliards afin que le petit pays ne tombe pas dans l'oubli.

Ce dernier a indiqué que le gouvernement népalais a donné un budget de 200 millions de dollars pour créer un fonds d'aide. « Nous appelons tous les donateurs, publics ou privés, à nous aider en versant les dons dans ce fond », a expliqué Sushil Koirala. Ainsi, les Népalais ne se limitent pas aux dons des pays comme le Canada, la France, les États-Unis, la Chine ou le Japon. Ils voient plus grand et invitent les Bill Gates et Carlos Slim de ce monde à donner.

Le fait est que les pays de l'ONU n'ont pas répondu positivement aux demandes de soutien pour le Népal. Les 22 millions pour un pays en destruction est d'un ridicule qui tue... et le plus triste est lié au fait que ce n'est pas qu'une expression. Des gens meurent par manque de ressources.

Le gouvernement devait réagir plus vite

Il est vrai que le gouvernement n'a pas réagi avec assez de vitesse aux deux séismes. Ils sont les premiers à prendre le blâme. Mais, la communauté internationale doit se lever et les aider comme elle l'a fait en Haïti en 2010. Le Canada à lui seul avait donné plus de 100 millions.

Le premier ministre a indiqué que « la réhabilitation et la reconstruction sont les priorités du gouvernement et qu'il espère voir des nations venir les aider ». Une vingtaine de pays ont dépêché des ressources pour aider au secours des personnes dans les villages éloignés, dans les grandes villes, etc. Mais, les engagements à moyen terme afin de reconstruire tardent à s'effectuer.

Selon la Croix-Rouge, la situation au Népal s'est aggravée suite au deuxième tremblement de terre. L'organisme a d'ailleurs revu à la hausse ses objectifs de dons mettant la barre des besoins à 93 millions. Des solutions doivent être rapidement proposées car à l'approche des moussons, les pluies fortes et les grands vents risquent de devenir mortels et propices au développement d'épidémie. #Asie