Amnésie et comas à répétition

A la suite d'une accidentelle inhalation de Lasso, puissant herbicide fabriqué par Monsanto et qu'il utilisait sur son champ de maïs, Paul François, agriculteur céréalier en Charente, a été gravement contaminé : amnésie, insuffisance respiratoire, comas à répétition et cinq mois d'hospitalisation ont failli lui coûter la vie. C'était en avril 2004.

Depuis, les séquelles sont restées nombreuses : lésions neurologiques, problème d'élocution et migraines récurrentes qui l'handicapent d'un taux d'incapacité de 40%. Après avoir bataillé pendant cinq ans pour faire reconnaître son intoxication comme maladie professionnelle, Paul François décide de ne pas s'arrêter là et s'attaque sans faillir au géant américain Monsanto.

Publicité
Publicité

Il lance alors une procédure en responsabilité civile contre Monsanto et gagne. En 2012, le Tribunal de grande instance de Lyon reconnaît Monsanto « responsable du préjudice de Paul François suite à l'inhalation du produit Lasso », et condamne la firme à l'indemniser. Sans attendre la visite médicale qui doit chiffrer le montant du préjudice, Monsanto décide de faire appel. Trois ans plus tard, l'issue finale est peut-être au bout du tunnel. Une maigre récompense pour Paul François, très affaibli et qui avoue aujourd'hui « vivre avec une épée de Damoclès » au-dessus de la tête.

Phyto-Victimes, une association de soutien aux agriculteurs

En 2011, Paul François créer avec d'autres victimes l'association Phyto-victimes, pour venir en aide aux agriculteurs tombés malades suite à une exposition aux produits phytosanitaires : maladie de Parkinson, cancers et lymphomes.

Publicité

S'il avoue que la médiatisation n'a pas toujours été facile, il l'utilise aujourd'hui pour faire entendre sa voix. Décoré de la légion d'honneur en 2014, il précise « Je l'ai acceptée au nom de mon combat et de mon association. Et pour avertir les politiques : 'Vous me l'avez donnée, alors maintenant, vous allez m'écouter.'" #Justice #Ecologie