Raïf Badawi est certainement l'un des détenus de l'#Arabie Saoudite parmi les plus célèbres du monde. Cet homme est détenu pour avoir exprimé une opinion, un point de vue. Selon Amnesty International #Canada, l'Arabie Saoudite cherche à obtenir le poste de la présidence du Comité des droits de l'homme aux Nations-Unies et la détention de Raïf Badawi est incompatible avec la possibilité d'occuper ce poste.

Cette situation donne espoir à Anne Sainte-Marie, porte-parole d'Amnesty International Canada, de voir l'homme être libéré dans un futur rapproché. « Il est impossible de briguer la position la présidence du Conseil des droits de l'homme de l'ONU et mettre en prison des personnes pour leurs idées. Ce sont des situations opposées ».

Publicité
Publicité

Pour Anne Sainte-Marie, si l'Arabie Saoudite veut ce poste, « elle devra démontrer une bonne volonté et être un exemple pour le reste du monde. Une bonne manière de le faire serait de libérer leur prisonnier le plus célèbre en Raïf Badawi », explique-t-elle.

Les conditions de détention sont critiquées

La représentante d'Amnesty International Canada a indiqué que « cette libération arriverait à un bon moment » car l'organisme est très inquiet pour la santé du détenu qui doit supporter des conditions de détention extrêmement sévères. Plusieurs intervenants ont mentionné à plusieurs reprises leurs préoccupations quant à la vie du détenu qui souffre de diabète. « Tous types d'infections ou de brutalités pourraient avoir de graves conséquences pour sa vie en raison de cette disposition médicale », a-t-elle mentionné.

Publicité

Les prisonniers font le sale job!

Elle racontait que « régulièrement les prisonniers obtiennent des commandes provenant des gardes de sécurité et des policiers pour battre des détenus. L'avocat de Raïf Badawi, qui est maintenant en prison, a eu droit à ce genre de réprimandes ».

Pour Amnesty International Canada, la mascarade a assez duré et il est temps pour l'Arabie Saoudite de faire amende honorable et de laisser sortir Raïf Badawi. Il est impossible de présider le Conseil des droits de l'homme et arrêter des gens pour leurs opinions... C'est un non sens, tout simplement!