Les crimes contre les #Femmes sont fréquents dans plusieurs pays d'#Amérique latine. Les femmes sont soumises aux préjugés et à une vision plus machiste de la société. Afin de dénoncer les meurtres contre les femmes, une manifestation importante a eu lieu dans le centre-ville de Buenos Aires pour que les autorités prennent des mesures importantes afin de changer la situation. Les féminicides sont des meurtres commis contre les femmes parce qu'elles sont de sexe féminin. Ce sont les meurtres commis dans des situations de violences conjugales ou lorsque le mari impose sa vision violemment. En Argentine, une femme est tuée toutes les 31 heures dans ces conditions.

La présidente du pays, Cristina Kirchner, a donné son appui à ces manifestations. « La femme est convertie en objet, et il y aura donc toujours quelqu'un pour considérer que s'il ne la possède pas, il peut la briser », a-t-elle commenté. Cette situation n'est pas le propre de l'Argentine, la majorité des pays de l'Amérique latine ont des problèmes de violence contre les femmes. Les pays les plus touchés sont le Mexique, une grande partie de l'Amérique centrale et le Brésil.

Des hommes présents pour soutenir ces femmes

Bien que la majorité des manifestants étaient de sexe féminin, plusieurs hommes sont sortis dans les rues. Un grand nombre de pères ont perdu leur fille lors d'actes violents. Cela démontre une prise de conscience. Un premier pas !

Des femmes brûlées vives

Parmi les crimes odieux dont plusieurs femmes ont été victimes, 53 d'entre elles ont été brûlées vives par leur mari ou conjoint de 2010 à 2012. Ces gestes démontrent une mentalité où l'homme impose le pouvoir à tout prix aux femmes.

Le début d'une prise de conscience collective

Pour plusieurs, ces féminicides ne sont que la pointe de l'iceberg parmi les injustices sociales dont sont victimes les femmes de l'Amérique latine dans son ensemble. L'inégalité des salaires est un autre gros morceau qui leur enlève l'indépendance financière.

L'ONG « Casa del encuentro » qui a préparé cette manifestation où des centaines de milliers de participants étaient présents indiquent que les femmes sont tuées parce qu'elles tombent enceinte, par jalousie, par élan de frustration ou parce qu'elles divorcent. En 2014, 277 femmes ont perdu la vie. D'ici 31 heures, il y en aura une de plus...