Le gouvernement mené par Juan Manuel Santos et les Forces Armées Révolutionnaires Colombiennes (FARC) se sont entendus pour établir une Commission de la vérité. La Colombie est victime d'un conflit qui dure depuis 50 ans. Ce dernier a laissé beaucoup de plaies qui devront être cicatrisées. La Commission de la vérité annoncée aujourd'hui se chargera de rétablir les faits en toute impartialité.

Le conflit colombien a fait plus de 225 000 victimes. Ces dernières n'avaient souvent rien à voir avec le conflit. Les personnes vivant dans les zones rurales étaient prises entre l'arbre et l'écorce. Une position inconfortable qui a amené plusieurs gestes odieux. Qui a fait quoi? Ce sera à la « Commission de la vérité, la cohabitation et la non-répétition » de faire la lumière sur les faits. Cette dernière sera mis en place après un accord final.

L'annonce a été effectuée à La Havane où se déroulent les discussions de paix qui sont chapeautées par #Cuba et la Norvège. Le texte de l'accord indique que « les deux parties sont d'accord pour tout faire afin de découvrir la vérité sur les graves violations des droits humains et des droits humanitaires international ».

Elle sera faite de 11 membres et siégera sur une période de trois ans. Son objectif n'est pas d'effectuer une chasse aux sorcières. Elle n'a pas de pouvoirs judiciaires. L'objectif est de rétablir les faits, c'est tout. Les témoins ne pourront pas être poursuivis pour ce qu'ils diront lors des audiences.

Une entente conditionnelle à un accord définitif

C'est un pas dans la bonne direction. L'entente finale tarde à être signée après deux ans et demi de discussions qui n'aboutissent pas. Le gouvernement ne veut pas signer d'armistice afin d'avoir un cessez-le-feu bilatéral pendant les négociations. Cette situation créé des soubresauts dans les tensions qui séparent les deux camps. Les attaques du gouvernement au cours des dernières semaines sur les sites des FARC le démontrent bien.

Ainsi, cette commission n'est pas encore faite. Le gouvernement qui a tué l'un des meneurs du groupe des négociations dernièrement doit faire très attention. Les FARC s'étaient désengagées de la trève suite à ces attaques. La vérité sera rendue seulement si une entente de paix est finalisée. #Amérique latine