Au cours de leur séjour à #Haïti, des membres des forces de la paix des Casques bleus auraient exploité des jeunes filles en les forçant à avoir des relations sexuelles. Les jeunes filles indiquent qu'elles n'avaient pas le choix d'avoir des relations sexuelles avec les membres des forces de soutien de la paix afin d'accéder à la nourriture et aux biens essentiels distribués. Elles sont 231 à témoigner pour ces accusations extrêmement grave car les Casques bleus sont présents pour éviter ces situations et soutenir les plus vulnérables.

Selon les documents dont le réseau de presse Associated Press a obtenu copie, l'exploitation sexuelle des #Femmes par les membres des forces chez les Casques bleus est un phénomène plus important que les dirigeants le laissent entendre. Il ne serait pas rare que ces phénomènes surviennent lors de missions de ce type.

Le Bureau de contrôle des services internes examine la situation

Les autorités en charge de s'assurer de la qualité et du bon fonctionnement prennent cette situation extrêmement au sérieux. Le rapport qui sera publié dans les semaines à venir risque de taper fort sur les Casques bleus. Il y a dix ans, les Nations-Unies avaient été blâmées pour une situation du même ordre et il semble que les ajustements n'aient pas été apportés. Du moins, ils ne sont pas efficaces force est d'admettre.

Le tiers des victimes sont des adolescentes

Parmi les renseignements donnés, on peut remarquer que le tiers des victimes sont des adolescentes ou des jeunes femmes de moins de 18 ans. Les forces onusiennes sont là pour les défendre et non pour les exploiter. Cette situation démontre qu'il est difficile pour les soldats de contrôler leurs instincts en position d'autorité. Dans le rapport, plus de 231 personnes ont indiqué avoir eu des relations sexuelles pour obtenir ce qu'elles voulaient ou pour avoir les biens auxquels elles avaient droit.

Il est évident que des personnes en situation désespérée n'hésiteront pas de vendre leur corps pour obtenir des biens essentiels. Les mères de famille vivant dans la sous-alimentation feront tout pour alimenter leurs enfants. Le devoir des Casques bleus est de les protéger et non de les exploiter davantage. Les Nations-Unies ont des comptes à rendre maintenant. Des personnes doivent répondre de ces gestes.