La récipiendaire du prix Nobel de la paix en 2014 n'aura pas la satisfaction de voir ses agresseurs croupir en prison. Malala Yousafzaï, qui est la figure de proue pour le droit à la scolarisation des jeunes filles, avait été agressée par des talibans en revenant de son école au Pakistan en 2012. Des 10 hommes qui avaient attenté à la vie de la jeune fille, huit ne subiront pas de sanctions de la part des autorités selon les informations publiées par la BBC.

Il est difficile de comprendre pourquoi les autorités pakistanaises laissent aller des hommes qui ont littéralement tiré des coups de feu sur la jeune femme. C'est démontré, c'est documenté, ce ne sont pas des affirmations en l'air. La jeune fille avait été atteinte à la tête et ne peut retourner dans son pays pour des raisons de sécurité.

En avril dernier, les autorités pakistanaises affirmaient haut et fort que les dix Talibans avaient été condamnés à mort. Maintenant, un mois plus tard, surprise! Des journalistes de la BBC démontrent que huit Talibans sur dix ont été libérés. Les autorités pakistanaises se défendent expliquant ces remises en liberté par un manque de preuves.

Un manque de preuves?

Le chef de la police du district du Swat, Saleem Marwat, a indiqué que ces personnes « ont été relâchés faute de preuves ». L'attaque de Malala Yousafzaï a fait le tour du monde. Les dix Talibans ne sont probablement pas coupables d'attentat directement, mais ils ont participé à une attaque. Des peines moins fortes pourraient être imposées.

Malala Yousafzaï avait subi ces attentats seulement parce qu'elle avait fait le choix de terminer son éducation. Plusieurs jeunes #Femmes sont forcées au mariage avant de terminer leur éducation dans cette région du monde. Elle avait eu le courage de dénoncer ces barrières qui contreviennent au droit à la scolarisation.

La jeune femme vit à Birmingham en Angleterre en ce moment. Elle n'a pas réagi officiellement à cette nouvelle. Néanmoins, ces libérations montrent un manque de volonté de mettre fin à ces attaques contre les jeunes filles désirant seulement s'éduquer. #Asie