Créée en 2011, au début de la guerre civile syrienne, "l'armée électronique syrienne" ou la SEA est un groupe de jeunes pirates informatiques responsable de plusieurs cyberattaques dont les victimes sont principalement les agences de média occidentaux qui se montrent, selon la SEA, "hostiles" à l'égard du régime de Bashar Al-Assad.

L'armée américaine, la nouvelle cible

Après avoir repéré un message altéré publié sur son site internet, les responsables de l'armée de terre ont aussitôt réagit en "prenant les mesures préventives appropriées pour s'assurer qu'il n'y avait pas de vol de données de l'armée, en fermant son site internet temporairement".

Publicité
Publicité

Le message dénonçait "la formation des rebelles syriens par le gouvernement américain". Ce #Piratage, qualifié de "cybervandalisme", a été revendiqué par le compte Twitter de l'armée électronique syrienne.

Une longue liste de victimes

La liste des victimes de la SEA est longue et variée. En partant des sites webs israéliens et des comptes Facebook des opposants syriens, les jeunes pirates syriens ont parcouru un long chemin. La BBC, le New York Times, la CNN, l'Agence France-Presse, le Washington Post, le Financial Times, Human Rights Watch ou encore Microsoft figurent parmi les cibles attaquées. Une tentative de piratage du site internet LeMonde.fr en janvier 2015 a été enregistrée, mais aucun message n'a été publié. Des boîtes mails ont été aussi piratées et les informations y figurant ont été collectés.

Publicité

Les méthodes adoptées par la SEA sont multiples et dépendent selon le compte à pirater. Actuellement, elle a recours à "des attaques par déni de services" qui inonde un réseaux jusqu'à dysfonctionnement ou bien qui envoie des milliards d'octets à une box internet.

Des dégâts de plus de 130 milliards de dollars

Peu après les attentats du marathon de Boston, l'agence américaine de presse a publié deux messages sur son compte Twitter annonçant deux explosion à la Maison Blanche dont la victime était le Président Barack Obama. La fausse alerte s'est propagée comme une traînée de poudre causant un état d'affolement général à Wall Street et engendrant des dégâts de 136 milliards de dollars. La SEA a revendiqué l'attaque et elle s'est présentée comme son auteur.

Force des pirates ou faiblesse des mesures de sécurité sur le web?

Les différentes attaques sur les sites internet revendiquées par plusieurs organisations dans le monde deviennent de plus en plus nombreuses. Les mesures de renforcement des systèmes de sécurité ont été prises mais les groupes de pirates font preuve, jour après jour, de leurs capacités de surmonter toute difficulté à laquelle ils feront face. L'influence grandissante des réseaux sociaux aussi semble inquiétante et les conséquences sont parfois lourdes, voire même irréversibles. Quelles sont les mesures à prendre face à toute menace "cyberienne"? Sommes-nous vraiment à l'abri de ce genre d'attaque? #Etats-Unis #Syrie