Suite à la confirmation de la peine du blogueur Raïf Badawi par la Cour suprême de l'Arabie Saoudite, le gouvernement du #Québec a décidé d'aller de l'avant et de délivrer en avance un certificat de sélection du Québec qui lui permettra d'immigrer dans la "Belle Province" s'il réussit à sortir du pays où il est emprisonné pour ses écrits. La ministre de l'Immigration, Kathleen Weil, a utilisé son pouvoir discrétionnaire afin de délivrer le document pour des raisons humanitaires. Le Québec est le premier territoire qui s'engage formellement à accueillir Raïf Badawi.

La femme du blogueur vit comme réfugiée dans la ville de Sherbrooke au sud du Québec.

Publicité
Publicité

La cause du prisonnier d'opinion est très suivie et la population soutient fortement Ensaf Haidar dans sa quête pour la libération de son mari. Cette mesure envoie un signal important aux autorités canadiennes afin qu'elles emboîtent le pas pour réussir à faire sortir le prisonnier qui risque encore la flagellation.

Amnesty International réagit avec optimisme

La représentante d'Amnesty International pour le Québec, Mireille Elchacar, a indiqué que "son organisation était vraiment très heureuse de cet engagement". Comme elle le rappelle, "normalement pour être réfugié, il faut sortir du pays. Mais comme Raïf Badawi est en prison, c'est impossible dans ce cas". Ainsi, s'il réussit à sortir de prison, le jeune homme aura la liberté de s'établir au Québec si Ottawa emboîte le pas.

Une interdiction de sortir du pays pendant 10 ans

Son arrivée au #Canada n'est pas chose faite car encore faut-il qu'il trouve un moyen de sortir de l'#Arabie Saoudite où il est détenu.

Publicité

Sa sentence l'empêche de sortir de son pays d'origine jusqu'en 2022. Ainsi, le royaume saoudien doit lui donner la clémence. Sans quoi, ce papier ne lui sera d'aucune utilité. Mais, il met une pression additionnelle sur les autorités saoudiennes qui se refusent à toute ingérence internationale dans le dossier. Il semble qu'il est temps pour Riyad d'écouter et de laisser aller ce dossier afin de démontrer sa bonne volonté en matière de droits humains.