Serge Atlaoui, condamné à mort en Indonésie en 2007 pour trafic de drogue, a vu son ultime espoir s'envoler. Ce lundi 22 juin, c'est la justice indonésienne qui a refusé le recours du Français.

L'homme de 51 ans a déjà passé dix ans de sa vie incarcéré en Indonésie à attendre une réelle décision de la justice du pays. Après plusieurs reports de sa condamnation, elle semble aujourd'hui approcher à grands pas. Sa demande de grâce a été refusée par le président indonésien, Joko Widodo, qui applique une tolérance zéro quant aux trafics de drogue et tout ce qui gravite autour. Et l'Indonésie est bien l'une des plaques tournantes de la drogue, basée entre l'#Asie et l'Océanie, ce n'est pas la première affaire de ce genre qui a lieu dans les années 2000.

Publicité
Publicité

Pour les avocats de Serge Atlaoui, l'espoir n'est pas totalement perdu, puisqu'ils comptent bien trouver un moyen de sortir le Français de cette spirale infernale. La France donne ce matin sa "mobilisation la plus totale" pour tenter de "sauver la vie" du ressortissant français. Harlem Désir, secrétaire d'Etat français aux affaires européennes, s'est exprimé aujourd'hui sur le plateau de France 2. "Je veux redire notre détermination à nous battre contre la peine de mort partout dans le monde et, évidemment, pour sauver la vie de notre compatriote", a-t'il précisé.

Malgré la mauvaise nouvelle qui vient de tomber ce lundi, la justice indonésienne a tout de même précisé qu'aucune condamnation n'était prévue dans les jours à venir, ce qui laisserait le temps aux avocats de Serge Atlaoui de plancher sur une nouvelle solution pour sauver le Français. 

Il faut évidement se rappeler que le ressortissant français devait initialement être exécuté le 29 avril dernier avec 8 autres condamnés à mort pour le même motif, donc un Brésilien, deux Australiens et quatre Africains.

Publicité

Le Français qui a toujours clamé son innocence va tenter un ultime recours pour éviter la peine capitale. Le verdict final devrait être connu d'ici quelques jours, mais rien n'en est moins sur.