Les raisons de la visite de Obama au #Kenya et en Ethiopie

En se rendant au Kenya et en Ethiopie, Obama envoie un message clair à l’Afrique et au reste du monde : il faut faire de la lutte contre le #Terrorisme international un point focal des Nations démocratiques. Au-delà de l’aspect emblématique de la visite de Obama au Kenya patrie de son père biologique, force est de constater que depuis la fin des années 1990 (attentat meurtrier contre l’Ambassade américaine en 1998, 224 morts et environ 7000 blessés), voire avant, l’Afrique de l’Est et surtout le Kenya sont les cibles privilégiés des islamistes Shebabs.

Le Président américain arrive au Kenya dans un pays traumatisé par les tueries des Shebabs affiliés à Al Qaïda et il se dit aussi que certains Shebabs en Somalie sont en train de devenir une franchise de l’Etat islamique. La sécurité concernant l’arrivée du Président Obama est poussée au maximum car le Président américain est une cible de haute importance. Un incident concernant le Président aurait pour objectif de montrer que les agents du Secret service américain ne sont pas très efficaces et que la sécurité de Obama laisse à désirer.

Renforcement de la sécurité du Président américain par le Kenya

Pour éviter les spéculations sur la sécurité du Président américain, le Président kenyan Uhuru Kenyatta a déployé 10 000 policiers et demandé qu’une partie des grands axes de la ville soient fermés vendredi et samedi. L’espace aérien du Kenya 50 minutes avant l’arrivée du Président américain et 40 minutes après son départ. Si on suit les déclarations du Washington Post qui avait estimé qu’en 2013, le coût du déplacement de #Barack Obama au Sénégal, en Afrique du Sud et en Tanzanie avait de l’ordre de 80 à 100 millions de dollars, on peut penser que le prix sera moins important mais que des limousines blindées et des avions de chasse accompagneront le Président Obama.

Obama inscrit les Etats Unis en première ligne dans la lutte contre le terrorisme

Obama veut montrer que les Etats Unis sont en pointe dans la lutte contre les djihadistes islamistes shebabs d’Al Qaïda ou de l’Etat islamique. Obama souhaite envoyer un message très clair et très fort au reste du monde que l’Afrique ne sera pas abandonnée, surtout l’Afrique de l’Est très proche du Moyen-Orient lieu d’approvisionnement en pétrole des puissances occidentales, dont les Etats Unis.

Obama souhaite renforcer la coopération militaire entre les Etats Unis et le Kenya qui paient un lourd tribut en matière d’attaque terroriste. On se souvient de la tuerie du centre commercial Westgate à Nairobi en 2013 (67 morts) ou celle de l’université de Garissa (148 morts). Les Shebabs reprochent l’engagement du Kenya en Somalie à travers la force de l’Union africaine AMISOM. En Ethiopie on pense que le message sera le même. Les Ethiopiens ont réussi l’alternance démocratique après la mort de l’ancien Premier Ministre Meles Zenawi et remplacé par Mariam Delassegn. Le message des Etats Unis en Ethiopie sera aussi clair. Les Shebabs doivent être combattus et les Etats Unis sont prêts à le faire à partir de leur base de Djibouti via des frappes aériennes.

La visite de Obama au Kenya, au-delà de la symbolique paternelle du retour de l’enfant prodigue à la maison kenyane, est d’abord une visite d’organisation stratégique et militaire de lutte contre le terrorisme mondial et essentiellement les Shebabs islamiques et leur potentiel parrain l’Etat islamique.