La communauté internationale a été surprise par la dévaluation du Yuan

 

La dévaluation en cascade du Yuan a surpris la communauté financière internationale. La #Chine a procédé à la baisse de la valeur de sa monnaie de façon continue. Cette chute de la devise chinoise a été interprétée de différentes manières aux Etats Unis, au Japon et en Europe. Un élément d’union entre ces interprétations: la croissance chinoise connait des difficultés. Pour répondre à ces difficultés la Chine a dévalué sa monnaie pour stimuler ses exportations. La décision délibérée de Pékin n’a pas été appréciée par Washington et encore moins par Bruxelles car la Chine, concurrent redoutable du reste du monde, a accentué la perte de valeur de sa monnaie.

Publicité
Publicité

Le Yuan a perdu près de 4% de sa valeur en 48 heures. La Chine affirme que le taux de croissance de l’économie est de 7%, la réalité est que celui-ci est dans une fourchette de 1 à 3% selon les estimations faites par les agences financières occidentales.

 

Pourquoi la Chine dévalue sa monnaie

 

Pour l’Europe la monnaie n’est pas une variable de décision mais plutôt un élément d’adaptation pour les économies. On le voit aujourd’hui avec la Grèce qui connait des difficultés de structures et de conjonctures et qui ne peut malheureusement agir sur la monnaie qui est considérée comme un bien collectif et coopératif dont la gestion est dictée par l’économie de référence de l’Europe : l’Allemagne. A la différence du #Dollar et de l’Euro qui flottent librement sur le marché, la Chine établit administrativement tous les jours par rapport aux autres devises un cours pivot (fourchette de +/- 2%) duquel la monnaie ne peut s’éloigner.

Publicité

Pékin montre au reste du monde qu’en agissant sur la monnaie, il contribue à sa internationalisation progressive. Il prend à rebours Européens et Américains qui n’ont de cesse de dénoncer le système opaque d’intervention de la Banque Centrale chinoise. Dorénavant, la Banque Centrale chinoise va donc prendre en compte les éléments du marché monétaire en fixant un point médian qui tienne compte des courbes d’offre et de demande de la monnaie. Au-delà de l’aspect spectaculaire et extraordinaire, Pékin veut surtout aider ses entreprises à accroître leurs ventes à l’étranger en donnant de l’oxygène à ses exportateurs. La Chine se moque pas mal des conséquences négatives d’une politique d’un Yuan faible pour les ménages chinois et inscrit son action d’abord dans la valorisation de la politique économique chinois qui favorise les entreprises. Cette dévaluation est aussi une sorte de gage donné au Fonds Monétaire international qui estimait que le niveau du Yuan chinois était un frein à son internationalisation.

Publicité

En dévaluant la Chine mise plus sur des mécanismes de marché et permet de rapprocher la valeur du Yuan des réalités du marché.

 

La Chine installe le Yuan sur la voie de l’internationalisation

 

La Chine vient de montrer de façon saine, même si son action est critiquée par l’#Union Européenne, que la monnaie peut être au service de l’économie et permettre aux autorités politiques de s’en servir comme stimulant conjoncturel des mécanismes économiques. On peut répondre qu’une dévaluation n’est pas une bonne chose car on peut assister à une fuite des capitaux hors de Chine, à un renchérissement du coût des importations, voire à un alourdissement du poids des dettes en dollars des entreprises chinoises. A la différence de l’Europe, la Chine possède des liquidités nombreuses dans les différentes devises (Euro, Dollar, Franc suisse). Le Yuan ne craint rien. Le renminbi (RMB), nom officiel du Yuan, est en train progressivement de tracer sa route pour devenir demain une monnaie internationale. La Chine peut le faire, elle l’a montré déjà au plan de la production.

 

http://fr.blastingnews.com/economie/2015/05/pourquoi-l-allemagne-refuse-d-etre-la-locomotive-europeenne-00375761.html

 

http://fr.blastingnews.com/economie/2015/07/la-grece-ne-sortira-pas-de-la-zone-euro-l-europe-s-impose-des-sacrifices-00476929.html