Attaché à sa décision de mettre un terme à l'EI, l'administration américaine ne veux pas abandonner ses efforts. Former les rebelles syriens dans le but de combattre l'#Etat Islamique. En référence au Pentagone, qui déplore un départ malencontreux, la perte de plusieurs hommes.

Elissa Smith Commandant porte-parole au Pentagone, précisait à l'AFP que l'entrainement des hommes se poursuivra. Au ministère de la Défense l'engagement reste ferme, malgré certaines difficultés initiales, pour construire les forces de l'opposition modérée syrienne, a t-elle ajouté mardi.

En mai les #Etats-Unis avaient déjà annoncé le début des #Formations armées des #Rebelles syriens modérés, afin de lutter contre le groupe jihadiste. Des intégristes qui ont instauré un califat aux frontières de la #Syrie et de l'Irak.

Tous les ans, 5 400 combattants seront entraînés sous la directive de Washington, sur une durée de 3 ans. Des efforts qui parfois peuvent être anéantis. A l'exemple d'un bataillon initial de 54 #rebelles, entraînés et #armés par #Washington. Mis en déroute, en juillet, lorsqu'ils sont entrés en #Syrie. Le Front al-Nosra, une branche d'Al-Qaïda en Syrie, a tué et kidnappé certains d'entre eux.

Des efforts conjugués

La mission d' #entraînement implique plusieurs centaines de soldats étasuniens. Du côté allié 7 000 combattants syriens repérés par le Pentagone, pour des #formations potentielles. Comptant malheureusement sur cette soixantaine d'hommes, déployable en Syrie, les militaires étasuniens se son heurtés à des complications, pour le processus de sélection et avec le filtrage Sécurité pour l'ensemble des candidats.

Ils retiennent en effet, le souvenir de l'Afghanistan, au cours des affrontements des années 1970-1980, avec l'URSS; des combattants #entraînés et armés par les USA, sont par la suite passés au profit des Talibans et Al-Qaïda.

En dépit des débuts chaotiques, le programme Entraînement et formation, des Etats-Unis sera alimenté d'une enveloppe de 600 millions de dollars. Un échéancier qui selon les analystes, jouerait un rôle incontournable dans le combat de l' #EI. Des extrêmistes qui ont su recruter des sunnites, Irakiens et #Syriens, opposés à leur gouvernements alaouites, ou chiites