Les #Etats-Unis sont sur la sellette. Au centre de plusieurs affaires d'espionnage qui ont touché des hauts responsables nippons. Des membres du gouvernement, ainsi que des entreprises japonaises. Des révélations émanant du 'lanceur d'alertes', Wikileaks ce vendredi. A travers sont site web, il n'a pas manqué de citer le gouverneur à la banque centrale nippone, en proie aux investigations de la NSA.

Ces étalages d'un allié proche des Etats-Unis, le représentant d'un institut de réputation, succèdent à d'autres #révélations. Des cibles qui ont atteint la France, suivie de l'Allemagne. Les publications de Wikileaks sont précises : 35 cibles de la #NSA, dites "secrètes", au #Japon et précisément le gouvernement japonais. Au nombre desquelles Mitsubishi et d'autres sociétés nippones. Plusieurs autres personnes, Responsables à la banque centrale, y compris Haruhiko Kuroda Gouverneur de l'institut, ont été mis sur écoute.

Une surveillance qui témoigne de l'intention de la NSA, pour recueillir un nombre importants de données. En atteste les documents du #lanceur d'alerte, qui montrent que des ministères nombreux et des services gouvernementaux sont profondément espionnés. Récupération de #données et analyses, mettent au jour les délibérations internes de la politique japonaise. Importation des produits destinés à l'agriculture, problèmes commerciaux, les orientations du gouvernement dans l'OMC (Organisation mondiale du commerce), à travers le cycle de Doha.

Sont touchés également, des programmes techniques de développement du territoire, suivi de sa politique pour le changement climatique. Enfin l'émission des gaz à effet de serre et le nucléaire, précise Wikileaks.

Alors que le #Japon est en pleine négociation pour le TPP (partenariat transpacifique) : accord pour un libre-échange, regroupant douze pays d'Asie-Pacifique. Ces révélations sont embarrassantes. Au même titre que celles résultant d'informations obtenues sur la correspondance avec Tokyo, d'organisations internationales, comme l'AIE (Agence internationale de l'énergie). S'ajoute à cela ses relations avec l'UE et les Etats-Unis : des memorandum qui concernent sa stratégie. Le tout agrémenté d'un briefing privé, organisé à l'égard du premier ministre, Shinzo Abe, à l'intérieur de sa résidence officielle.

Julian Assange, créateur de #Wikileaks, faisait mention de la position inquiète du Japon, face aux #Etats-Unis. Notamment sur le changement climatique, mais aussi par rapport aux relations diplomatiques. Celui-ci révèle que l'ensemble de ces données étaient relayées de l'Australie jusqu'au Canada, du Royaume-Uni à la Nouvelle Zélande. #Piratage