Des flacons contenant des restes de victimes de la seconde guerre mondiale ont été retrouvées et authentifiées comme étant des contenants de victimes du professeur nazi Hirt.Sur ces pots, on peut lire "traces de bastonnadebrutale. fragments de peau avec infiltrations sanguines profondes prélevées sur le corps d'un martyr du Struthof assassiné dans une chambre à gaz sur ordre du Pr Hirt. Ces flacons ont enterrés avec les 86 autres victimes du professeur, même si selon la tradition juive les corps doivent être entiers. Le grand rabbin de Strasbourg a procèdé à la cérémonie eu cimetière juif de Cronenbourg. 

Hans-Joachim Lang, journaliste allemand, fait des recherches depuis 1995 afin de redonner leur nom aux victimes.

Publicité
Publicité

D'après le journaliste, 70 têtes n'ont à ce jour toujours pas été retrouvées. 

Selon Raphaêl Toledano, qui a f=effectué sa thèse de doctorat sur le professeur Hirt, "il y a de fortes possibilités qu'on retrouve dans les collections des restes de cette époque, notamment dans les collections d'histologie", l'une des spécialités de lanatomiste Hirt. Apparemment, dans le cadre de son travail, le Professeur recevait prisonniers de guerre, qui lui servait estime qu'il faut sortir tous les fantômes t pour ses cours de dissection et ses recherches. 

La directrice du Centre Européen du résistant déporté du Struthof vient faire la lumière sur tous les fantômes restés dans les placards, et sollicite notamment pour ce faire notamment l'université de Strasbourg. Cette même université qui a elle-même remis officiellement les bocaux au grand Rabbin avec beaucoup de dignité. Un groupe de travail composé d'experts formeront une future commission scientifique suite à la découverte de ces fragments.

Publicité

Face à toutes ses atrocités il paraît important de garder en mémoire ce que l'être humain est capable de faire, et de laisser des traces de tout cela notamment pour les générations futures afin que cela ne se reproduise plus. Une première tèle vaait été déposée au cimetière de Cronenbourg en 1955, mais il aura fallu attendre 2003 pour que les 86 victimes aient à nouveau un nom.

 

L'homme à la mémoire courte et est prêt à tout.

 

  #Histoire