Les russes semblent avançant, plutôt discrètement, leurs pions sur l'échiquier mondial qu'est la stratégie économique. En effet ils confirment un peu plus leur volonté de devenir une puissance commerciale toujours plus concurrente des USA, son ennemi historique.

Peut-être a t-elle aujourd'hui trouvé la solution qu'elle attend depuis de très nombreuses années. La #Russie de Poutine profite effectivement de la guerre en #Syrie de Bachar al-Assad pour fournir des armes afin de lutter contre le terrorisme de la région représenté par l’État Islamique. Elle de ce fait envoyé sept chars de type T-90 et de l'artillerie dans un aéroport situé dans le nord syrien.Puis le gouvernement a publié un communiqué de presse dans lequel elle réitère son soutien au régime de Damas.

Publicité
Publicité

De l'autre côté, Bachar al-Assad a répondu dans un journal russe en précisant qu'il reste au pouvoir tant que le peuple le souhaite, mais qu'il partira s'il ne le veut plus.

Jusque là, il est vrai qu'il ne s'agit pas spécialement d'économie…. Et pourtant derrière cet envoi de matériel militaire, la Russie souhaite plus que probablement se rapprocher du port de Lattaquié.

Qu'est-ce que le port de Lattaquié ?

C'est une ville syrienne située au bord de la méditerranée. Elle permettrait aux russes d'avoir un accès à la mer et de pouvoir facilement commercer avec le reste du monde. En fait, bien que le pays de Poutine soit bordé de plusieurs mers au nord et à l'est, celles-ci sont gelées toute l'année et aucun bateau ne passe. La Russie est donc dans une situation que l'on peu qualifié d'enclavement.

Publicité

Si elle parvient à avoir un accès à la mer méditerranée, son expansion économique serait exponentielle pour la prochaine décennie.

Et l'accès à la mer noire ?

Cependant la Russie dispose déjà accès près de la méditerranée, via la mer noire. Mais celui-ci se trouve condamné car pour accéder à celle-ci il faut passer par le Bosphore turque qui ne permet pas le passage des navires comme les méthaniers ou même les gros pétroliers. Du coup, cet accès ne sert pas directement l'économie russe.

Quelle réaction des USA ?

Bien évidemment les américains ne sont pas aveugles à cette stratégie. C'est pour cela qu'Obama va rencontrer entre autre Poutine très prochainement (fin septembre). C'est aussi pour cela que le gouvernement des USA a qualifié la stratégie russe d'aide à la Syrie de « vouée à l'échec ». Pas sur que ça ne fasse changer d'avis Vladimir Poutine...

 

 

  #Etats-Unis