L’#Afrique est un continent extraordinaire et curieux. Extraordinaire car le continent est le berceau de l’humanité, curieux car après avoir subi l’esclavage, la colonisation et les néocolonialismes liés à la domination marchande actuelle des pays développés sur les matières premières des Africains, l’Afrique a beaucoup de mal pour son développement économique et social. Il vaut mieux parler des Afriques que de l’Afrique. L’Afrique du Sud émergente, puissance militaire, n’a rien à voir avec le Mali par exemple. On homogénéise les Afriques pour les besoins d’analyse alors que les réalités africaines sont diverses.

 

Revenons sur quelques éléments d’actualité qui permettent de valoriser ces réalités différentes et les situations contrastées des Afriques.

Publicité
Publicité

Vaste continent au plan géographique, l’Afrique est confrontée à la fois à son Moyen-âge et son monde contemporain. Il lui faut résoudre plusieurs problèmes en même temps : la gouvernance politique et démocratique, le développement économique et social et le tourisme continental. Ces trois thèmes reprennent les éléments de la présentation des sujets en amont.

 

  1. Référendum au Congo-Brazzaville

Le Président Denis Sassou Nguesso du Congo, après la consultation des forces vives congolaises, a utilisé ses prérogatives constitutionnelles pour organiser un référendum pour faire évoluer les institutions. Dans la majorité comme dans l’opposition, la plupart des hommes politiques sont d’accord pour dire que le Congo doit tourner le dos aux guerres civiles. L’incident qui s’est produit à Pointe Noire  le 17 octobre 2015 lors du rassemblement du Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique (FROCAD) et de l’Initiative pour la démocratie au Congo (IDC), démontre la difficulté rencontrée par le Congo, malgré les discours de ses hommes politiques, à organiser une vie politique paisible au Congo-Brazzaville.

Publicité

Il faut espérer que le vote du 25 octobre pour le référendum se fera dans la paix et la quiétude. C’est le message que les autorités congolaises doivent transmettre à la population et aux partis politiques au nom de la #Justice et du droit à respecter. Outrepasser le droit, ce sera s’exposer à la justice.

 

  1. La RDC

La RDC affiche un taux de croissance de la production de 9% alors que le pays s’enfonce dans une pauvreté endémique selon le Fonds monétaire international. Nous sommes dans le cadre d’un taux de croissance appauvrissant qui montre qu’il n’y a pas de lien établi entre croissance de la production et développement social quand une partie des bénéfices sont rapatriés à l’extérieur. En Afrique les taux de croissance positifs favorisent les investissements extérieurs. Aux hommes politiques africains de revisiter ce mécanisme en obligeant les investisseurs à articuler des stratégies sociales dans les pays d’implantation.

     2.  La Guinée

Alpha Condé a été élu avec 57% des suffrages exprimés et son opposant Celou Dallein Diallo  a obtenu 32%.

Publicité

L’opposant dit ne pas vouloir saisir la Cour constitutionnelle au plan juridique, tout en demandant paradoxalement des manifestations de rue à Conakry.

Ainsi va l’Afrique et les contradictions de la part de ses hommes politiques, surtout de l’opposition.

     3.  Stromae revient dans le pays de son père

A Kigali au Rwanda, les larmes aux yeux, Stromae, accompagné de sa mère belge de phénotype caucasien et de ses cousins de phénotype africain, a rendu un vibrant hommage à son père (Papaoutai) disparu lors du génocide. Stromae montre la voie de la coopération et du métissage culturel.

Belle reconnaissance d’un fils à son père au nom de la paix et de la vie ! #République Démocratique du Congo