Daech a été créé en 2006 après sa mésalliance avec le groupe Al Qaïda en Irak. Daech est une organisation armée de l’#Etat Islamique qui a proclamé le Califat dans les territoires  sous son contrôle en Irak et en #Syrie. Après sa stratégie de consolidation et d’approfondissement de sa doctrine, Daech passe à une phase d’expansion de coups terroristes dans la plupart des pays occidentaux qui ne représentent pas les réelles vertus de sa conception de l’Islam.

 

Daech n’est pas un Etat mais, pour exister, cette organisation terroriste se donne les attributs d’un Etat et se finance avec les revenus du pétrole, les rançons versées en échange d’otages et les autres contributions d’impôts révolutionnaires.

Publicité
Publicité

Daech a des filiales terroristes dans le monde : en Afrique avec Boko Haram, en péninsule arabique avec le mouvement Ansar Al Dawla  et dans la zone sahélo-saharienne avec des groupuscules islamiques. Après les attentats contre Metrojet (Russie), Paris, Beyrouth, Tunis (Musée Bardo), Sousse et la Turquie, Daech introduit la peur dans le camp occidental et celui de ses alliés. Il faut dépasser les discours et agir. Le problème est que tous les pays du camp occidental et celui de la civilisation ne sont pas d’accord sur les modalités d’intervention contre Daech à Raqqa en Syrie et dans les territoires occupés par ce groupuscule terroriste en Irak :

  1. bombarder et continuer les bombardements,
  2. accompagner les bombardements d’une intervention militaire organisée autour d’une coalition internationale.

 

Sur le premier point, la plupart des pays sont d’accord compte-tenu des moyens technologiques importants, ce qui évite des pertes directes et collatérales en vies humaines qui adviendraient en cas d’’intervention terrestre.

Publicité

Sur le deuxième point, la communauté internationale n’est pas d’accord: accompagner les bombardements d’une intervention militaire de la coalition sur le terrain nécessite une approche de pédagogie politique par les Etats membres de la coalition auprès de leur opinion publique. Il faut que les Etats qui interviennent expliquent que l’intervention terrestre va se traduire par des morts du côté de Daech et de celui des membres de la coalition.  Il faudra ensuite, pour que l’intervention terrestre soit possible, mettre autour de la même table des Etats qui sont séparés par une conception religieuse de l’Islam, que sont l’Iran (chiite), Arabie Saoudite et Turquie (sunnites) et ce n’est pas une mince affaire car la division religieuse est ancienne.

 

Une fois l’accord obtenu et la victoire militaire sur le terrain acquise, il faudra apporter des réponses politico-religieuses pour que les Sunnites et les Chiites s’acceptent mutuellement, que les Sunnites supporters de Daech en Irak travaillent ensemble avec les Chiites irakiens au pouvoir et que l’Iran chiite et l’Arabie Saoudite sunnite, les deux grands du Moyen-Orient, acceptent de collaborer et de jouer le rôle commun de gendarmes et de parrains politiques au Moyen-Orient, ce qui leur permettra de résoudre les conflits naissant ou futurs dans ce Moyen-Orient compliqué.

Publicité

La France et l’Occident savent faire en Afrique parce que c’est facile: les Etats africains, au-delà des oppositions ethniques de leurs populations et de leurs dirigeants, sont facilement manipulables et influençables, ce qui n’est pas le cas dans le Moyen-Orient complexe. 

 

  #Daesh