La fin de la visite du Président iranien Rohani se termine dans une atmosphère pesante comme peuvent le montrer les images vues sur I-Tele. On voit les deux Président Rohani et Hollande assister impassibles aux différentes signatures d’accords commerciaux entre les patrons français et leurs homologues iraniens. On note que si les patrons sont satisfaits des contrats commerciaux, comme peut l’être le patron d’Airbus (118 Airbus pour 25 milliards), un certain nombre de problèmes restent irrésolus, comme le problème saoudien car la France a décidé de ne pas choisir entre les deux géants du Proche-Orient (#Iran et Arabie Saoudite).

 

La question des Droits de l’Homme a dû être au rendez-vous du thé présidentiel offert par Hollande à son homologue iranien, car celui-ci ne peut être invité à déjeuner autour d’une table où il y aurait du vin. La France est en bonne position après l’embargo international contre l’Iran et son retour actuel sur la scène internationale. Les Chinois et les Allemands sont présents en Iran, les Américains y sont de façon plus feutrée car le Congrès est très regardant sur les conditions de la levée de l’embargo.

 

Le Président Rohani est issu du sérail religieux, universitaire, très cultivé et au courant des us et coutumes des positions des capitales occidentales. Les Iraniens  ne sont pas les mollahs qu’on nous présente, ils n’ont jamais demandé que l’on couvre les statues présentant des seins dénudés. L’Italie a fait beaucoup de zèle, on trouve dans la culture et la tradition iranienne des statuettes de ce genre. Les Occidents en font trop pour plaire au nouvel ami iranien. Une nouvelle guerre commerciale s’ouvre sur le marché iranien et ce pays attend avec gourmandise la bataille qui s’annonce féroce entre les entreprises occidentales. L’Iran souhaite obtenir le maximum d’avantages pour ses entreprises. Quatrième pays en réserve de pétrole et deuxième concernant le gaz, l’Iran possède les ressources naturelles nécessaires pour faire son marché et contraindre ses interlocuteurs à se plier à ses exigences. Tous les PDG du pays France étaient présents à la cérémonie de signatures des accords.  

 

Lors de la conférence de presse, le Président Hollande souhaite travailler dans trois directions :

  • Veiller au respect de l’accord nucléaire par toutes les parties.
  • Approfondir le niveau de coopération entre la France et l’Iran dans tous les domaines (soit 30 accords, dans la Banque qui doit favoriser les échanges financiers, l’agriculture, la santé, le développement durable, etc.). Total, Indigo et PSA déjà présents en Iran ont le droit se repartir en Iran pour favoriser la création de richesses et d’emplois. Développer la coopération universitaire et les échanges culturels (accord entre le Louvre et l’Iran). La France se propose de mettre à l’abri un certain nombre d’éléments du patrimoine irakien et syrien en accord avec l’UNESCO afin de les soustraire au terrorisme.
  • Créer un espace de coopération pour régler les conflits dans la région sur les critères d’indépendance de la France qui se bat contre le terrorisme et qui ne souhaite pas prendre partie entre l’Arabie Saoudite et l’Iran. La France veut trouver des réponses politiques à la question syrienne et soutient le #Gouvernement irakien contre Daesh. L’Iran a une part importante à jouer. C’est vrai aussi au Liban et au Yémen.

Hollande a rappelé à l’Iran son attachement aux Droits de l’Homme. Le Président Rohani plaide pour le respect des engagements de chacune des parties, la France et l’Iran. Il est revenu sur la signature des accords commerciaux qui marquent la volonté de l’Iran de travailler réellement avec la France. #François Hollande