En 2016, plus de vingt Etats africains vont être confrontés à des élections présidentielles pour élire leurs présidents. Des les premières élections au Tchad, au Congo, au Niger, on assiste à des contestations car l’#Afrique a un problème à résoudre : comment utiliser les principes démocratiques du vote ? C’est une question qui divise les Africains car certains estiment que l’Afrique est majeure, qu’elle n’a rien à apprendre de l’Occident. L’Afrique peut donc mettre en place un modèle démocratique propre, une démocratie africaine ou à l’Africaine. D’autres intellectuels estiment que la démocratie ne peut pas être découpée et on ne peut parler ni de démocratie à l’Africaine, ni de démocratie africaine, mais de démocratie tout court.

Publicité
Publicité

Une troisième catégorie d’intellectuels africains va plus loin en déclarant que le développement économique peut se faire en dehors de toute démocratie. Ces intellectuels africains s’appuient sur les expériences historiques des pays comme Singapour ou la Corée du Sud qui historiquement sont des Etats qui ont connu la dictature et qui ont inscrit leur développement en dehors des joutes démocratiques occidentales. Comme on peut le voir en Afrique, la question politique précède de loin la question du développement économique et, assez paradoxalement, les pays africains s’accommodent des déséquilibres dans les domaines alimentaires, de l’éducation, de la santé  ainsi que du logement.

 

L’Afrique possède de nombreuses ressources naturelles, mais elle incapable de les valoriser économiquement car elle ne possède ni ingénieurs aguerris pour construire des ponts, ni des managers de référence pour essaimer l’industrie dans toutes les parties de l’Afrique et encore moins des spécialistes de renom dans les domaines financiers pour préserver les intérêts africains dans les négociations avec les firmes multinationales.

Publicité

Ce n’est pas de l’afro pessimisme et encore moins la victimisation permanente mais le principe de réalité qui montre que l’Afrique est un continent en pleine croissance et que, malheureusement, ses habitants (mais surtout ses élites) ne sont pas très intéressés par l’approche économique. Les Africains ont tous hantés et envahis par le spectre politique et ne s’aperçoivent pas que leurs turpitudes politiques permettent aux firmes occidentales et asiatiques de mieux les exploiter et les assujettir économiquement.

 

On peut être faible économiquement vis-à-vis de partenaires plus forts que vous, et construire une stratégie selon la légende biblique bien établie de David et Goliath qui a permis à David adolescent de terrasser avec sa fronde l’immense Goliath, le héros des Philistins. Que les Africains méditent les mythes et épousent la réalité de la mondialisation avant qu’il ne soit trop tard. #Union Européenne #Élections