Le CPP (Cameroon People's Party) est un parti politique de rassemblement de jeunes camerounais avec un objectif précis : faire du #Cameroun un pays libre et respectueux des droits de chaque citoyen de nationalité camerounaise. Cette exemplarité a toujours fait remue-ménage au sein du gouvernement camerounais, qui qualifie ses actions de dérangeantes, et parfois même les ramènent au rang d'insurrection.

 

La note du préfet du Mfoundi de Yaoundé, signifiant la non-participation des partis politiques n'étant pas en exercice à l'assemblée nationale, a donc contraint le CPP à organiser ses activités pour la fête de l'unité qui se célébrait ce 20 Mai 2016 sur tout le territoire camerounais.

Publicité
Publicité

A la tête de ce parti, se trouve cette dame vaillante et déterminée en la personne d'Edith Kah Walla, qui mettra en place un programme bien ficelé pour ses militants. Le collectif "Stand Up for Cameroon", qui a instauré le Vendredi en noir (pour dire stop au manque d'eau, stop au manque de lumière, stop à la révision de la constitution, et stop aux malversations qui minent le Cameroun) et les militants du CPP feront alors l'objet d'une arrestation abusive aux alentours de 13 heures à Yaoundé, au quartier dit "Hôtel du Plateau", à leur siège régional.

 

Un parti hors du commun qui défraie de plus en plus la chronique

 

Le refus de participation à la parade du défilé du 20 Mai qui se déroule chaque année au Boulevard du 20 Mai n'a pas eu d'effet pour le CPP. En effet, le programme pour les militants et les sympathisants a été établi comme suit : "20 Mai 2016, Fête de l'unité nationale, le collectif "Stand Up for Cameroon" célèbre la diversité et l'inclusion comme richesse nationale avec des groupes exclus : Jeunes, Femmes Handicapées, Anglophones et populations de l'extrême-Nord à partir de 13 heures au siège du parti".

Publicité

Il a aussi été prévu des échanges, des expositions, des intermèdes artistiques, un cocktail et enfin l'édification de la Statue de l'Inclusion.

 

Le parade du défilé terminée, certains militants du CPP, de Stand Up fo Cameroon, et Kah Walla, se rendant au siège du parti, ont donc fait l'objet d'une arrestation abusive de la part du GMI (Groupement Mobile d'Intervention) et ont été conduits à la direction de la surveillance du territoire. A sa libération autour de 17 heures, la présidente du parti a tenu à dire que le CPP ne stoppera pas ses actions, notamment la tenue du vendredi noir, et a appelé tous les patriotes, démocrates ou républicains, à dénoncer cet énième acte d'exclusion et de répression le jour même de la fête de l'unité nationale.

 

Le village Android ouvre ses portes à Yaoundé au Cameroun

Nadège Pedetta Golonga, un model camerounais hors du commun

  #Internet #Afrique