Nommé ministre de la défense en 2012, Sergueï Choïgou est devenu en quelques mois l’homme le plus populaire de #Russie, juste après Poutine. Né en 1955 dans la minuscule république de Touva, au fin fond de la Sibérie centrale, rien ne le prédestinait à de telles fonctions.

 

Il a d’abord occupé le poste de ministre des situations d’urgence et là, il a accompli un travail fantastique. Il a su coordonner en temps réel les secours et assurer ainsi la sécurité de ses concitoyens, mais surtout il a réfléchi aux dangers potentiels du terrorisme et a ainsi conçu une protection efficace des installations vitales de son pays, notamment les barrages hydroélectriques.

Publicité
Publicité

Nous ferions bien d’en prendre de la graine, surtout dans le domaine du nucléaire. Ce n’est pas en Russie que les centrales peuvent être impunément survolées par des drones...

 

Pour former ses hommes, il a eu l’idée d’ajouter à leur formation pratique des leçons d’équitation : cela leur a permis de développer des qualités d’équilibre, de maîtrise de soi et de maître de forces extérieures. Pour cela, il fit appel à Alibek Kantemirov, inventeur d’une "équitation informatique". Devant le succès de cette opération, Poutine lui fit attribuer en 2003, le grade de général d'armée. Une belle promotion pour ce diplômé de l'Institut polytechnique de Krasnoîarsk. Il partage avec Poutine le goût de l'ordre et des grandes chevauchées en plein air.

 

Son efficacité a été telle que #Vladimir Poutine est allé le chercher pour redresser l’armée russe, ce qu’il a fait vite et bien, en organisant des exercices nombreux et réalistes. Il a notamment créé de petites unités très mobiles, prêtes à partir avec leur propre ravitaillement.

Publicité

C’est d’ailleurs grâce à son intervention en Crimée que l’annexion s’est passée avec si peu de pertes. En #Syrie, il est intervenu pour aider Bachar Al Assad et n’a pas lésiné sur les moyens, noyant ses opposants sous on déluge de bombes de tout calibre, Daech n’étant pas l’une de ses priorités.

 

Sa devise semble être : obtenir des résultats probants avec peu de monde en peu de temps et au moindre coût. Au fil des ans, il semble être devenu le meilleur ami de Poutine. Quel destin lui réserve l’avenir ?

 

Laurent Blanc, de l'imposture à l'indéscence

Hommes et animaux doivent rester à leur place