La #Maladie du charbon, appelée aussi Anthrax, inquiète vivement les autorités russes à l'heure actuelle. La fonte du permafrost, terme anglais qui désigne la partie d'un cryosol (terre typique des régions froides) gelé en permanence, a en effet libéré des bacilles mortelles piégées dans la terre. Conséquence : 21 personnes ont été atteintes, dont un garçon de 12 ans qui n'a pas survécu. L'épidémie touche plus précisément le district de Iamalie, situé à 2.000 kilomètres au nord-est de Moscou. L'enclave appartient à la région arctique et les populations qui l'occupent ont un mode de vie majoritairement nomade.

 

Les températures élevées ont permis à l'Anthrax de se propager

La fonte du pergélisol, nom français du permafrost, a été causée par un été anormalement torride pour ce secteur plus habitué au froid polaire.

Publicité
Publicité

Des températures supérieures à 35 degrés ont été observées. La bactérie responsable de l'Anthrax s'est transmise aux habitants par la viande de renne, principale ressource alimentaire de la région. Des troupeaux ont été infectés et le gouvernement a décidé le placement sous quarantaine de la totalité de la zone touchée. Veronika Skvortsova, la ministre russe de la Santé, s'est rendue sur place pour constater la gravité de la situation.

 

Une maladie qui peut être mortelle

L'Anthrax, ou maladie du charbon, se définit comme une infection aiguë qui atteint à la fois l'homme et l'animal. La bactérie, présente dans la nature, est considérée également comme une arme bactériologique. A moins de prendre des antibiotiques au plus vite, la pathologie est mortelle. Pour l'instant, une vingtaine de cas ont donc été recensés mais 90 personnes demeurent hospitalisées à Salekhard, la principale ville du secteur, ceci afin de limiter la possibilité d'une contagion plus importante.

Publicité

 

Le réchauffement climatique en cause

De son côté, le ministère de la Défense a dépêché 200 experts dans le but de décontaminer la région et de brûler les cadavres des animaux. Plus de 2.300 rennes sont morts. Le réchauffement climatique a ici engendré une nouvelle catastrophe. Les spécialistes ont enregistré une augmentation de 2 à 3 degrés des températures moyennes en Sibérie. #Russie #Ecologie