Tito Valery, ce jeune homme assez confiant aux premiers abords, laisse percevoir une certaine animosité de sa personne lorsqu’on s’y frotte. Homme de culture et de médias, il s’investit également vers cette passion qu'il ne cesse de développer à travers la photographie. La capture de l’image et de l’instant présent, reste et demeure une intonation à la vie, un passage dans cet univers, qui peut renvoyer à un souvenir, voire à une éternité. Mettre en vie le son, la voix, la couleur, le monde dans lequel on vit autour d’une image, revêt en quelque sorte d’un aspect subliminal de la célébration de notre passage en tant qu’être vivant et personne. La démesure des plans de cet artiste rejaillit autour de son originalité, de sa quête de l’inconnu, de son imaginaire sulfureux dont la perspicacité résonne entre le moindre pixel de son objectif, et son désir de découvrir l’autre.

Tito se décrit lui même comme une personne passionnée, aux attraits quelque peu curieux et entier lorsqu’il faille se décupler. Armé de sa pensée et de son imaginaire, ce jeune prodige de la photographie ne cesse de faire valoir son vis à vis au public afin de nous investir de sa verve artistique.

 

Réécrire le monde selon une vision sans ambiguïté

Rien ne le prédisposait à devenir photographe professionnel ou encore animateur radio et télé à Yaoundé au Cameroun (Equinoxe radio 2002-2003, Nostalgie radio 2004, STV télévision 2012, Kalakfm 2013, BBC correspondant arts hour 2014, Afrik 2 radio 2016), cependant, Tito Valery, diplômé d’une faculté de droit (a l’université de Buea), décide de se jeter sur ces incompréhensions et ces inconnues que représentent une grande partie de sa passion. Selon ses dires, la photo serait liée à la mémoire, et le choix de s’aventurer dans ce domaine lui serait venu un peu de façon logique. L’envie de se souvenir d’un moment, d’une action, de capturer chaque instant de la vie serait magique et sans pareille. Rechercher l’inconnu, le non conformisme, la dictature naturelle de chaque entité, rechercher un moment que l’on ne pourrait reproduire, reste pour lui comme un sentiment qu’éprouve celui qui chasse, celui qui est à la recherche d’un trésor, et d’un désir inassouvi qui ne cesse de nous hanter.

La perfection n’étant nullement de ce monde, Tito qui est parfaitement bilingue (il parle couramment anglais et français) interagit dans ses œuvres à travers le monde entier vu sa perspicacité à traduire certaines émotions. Assez modeste, il ne comparerait jamais à un Robert Mapplethorpe, mais plutôt à un nouveau talent qui ne cesse d’étendre les effusions de son imaginaire. Comme on le dit assez souvent : "le signe d’un artiste reste son originalité et non son universalité", revêt sans ambages les couleurs du travail de Tito Valery.

  #Internet #Afrique #Cameroun