Répétez après moi : Bundespräsidenten Wiederholungswahl Verschiebung. Soit, en gros, report des opérations de renouvellement de l’élection présidentielle (autrichienne). Ouf ! La précédente, celle de mai, avait été invalidée en juillet. Le comptage avait été mis en cause – de peu (30 000 voix) – par le perdant, Norbert Hofer (FPÖ, populiste). Ce en raison d’un dépouillement des votes par correspondance en dehors des heures prévues, ou par des personnes ayant mal émargé leur bulletin de présence de scrutateurs. Aucune triche, mais des anomalies. Depuis, le gagnant, Alexander Van der Bellen (écologiste, centre-gauche) refait campagne, le perdant, qui du fait de ses fonctions au Conseil national, assure l’#intérim avec deux autres vice-présidents provisoires, attendaient le 2 octobre pour être départagées.

Publicité
Publicité

Oui, mais… Le diable s’est niché dans un détail, à savoir la colle des enveloppes des bulletins de vote, et il faudra attendre le 4 décembre pour revoter.

Gremlin gluant

Un gremlin, ou lutin malfaisant, se glissait dans les câbles et moteurs des chasseurs de la RAF, lors de la Bataille (aérienne) d’Angleterre (1940-1941), faisant tousser les pistons, coincer les dérives. Là, il s’insère entre les trois couches de colle du rabat des enveloppes renfermant les bulletins de vote. Ach, dans de la colle d’origine allemande ! Ce type de rabat avait été adopté en 2009 pour masquer la date de naissance et la signature des électeurs. L’enveloppe est difficile à produire, et le fournisseur autrichien se fournit en colle chez le voisin fédéral. C’est une journaliste votant par correspondance qui a constaté qu’en une nuit, le gremlin avait rouvert l’enveloppe.

Publicité

Elle en fait état dans un quotidien local, la presse nationale s’en fit l’écho. L’imprimeur, Kbprint, se voit signifier que d’autres cas ont été reportés, la police scientifique est saisie, et 1,6 million d’enveloppes sont décrétées inutilisables. Des tests en laboratoire ont d’abord mis en cause la chaleur, mais l’explication semble caduque (en tout cas, il n’a pas été déterminé de degré crucial libérant le gremlin).

Report de deux mois

Il faut non seulement exorciser le lutin, mais aussi produire de nouvelles enveloppes, et surtout les acheminer. Ce qui implique un report de deux mois, au 4 décembre. Depuis le 22 mai, date du précédent scrutin, le provisoire perdurera sept mois (et davantage, car, la proclamation du résultat, non contesté, est suivie d'une période de latence avant la cérémonie officielle). Bah, après tout, la Belgique est bien restée sans gouvernement pendant 194 jours, plus de six mois, record battu depuis par l’Espagne (toujours sans ministres depuis décembre 2015 – soit depuis dix mois).

Publicité

Pas vraiment de quoi en faire un drame, mais l’adhésion – le terme s’impose – des Autrichiens à leurs institutions est fortement ébranlée. Hofer n’a pas osé promettre qu’avec lui, tout collera mieux qu’avant, Van der Bellen se retient. Partout au monde, depuis des siècles, sauf récemment en #Autriche, s’est plaint le chef de file des sociaux-démocrates, toute colle… colle. Si l’élection de décembre fait vraiment décoller un prétendant, devançant nettement son concurrent, le gagnant en prend pour six ans. Pour tout arranger, un autre imprimeur a été chargé de façonner des enveloppes d’un type voisin de celui en vigueur avant 2009. Il en coûtera environ deux millions d’euros. Si le scrutin du 4 décembre ne dégageait pas une nette majorité au premier tour (plus de 50 % des voix, 50,3 à la précédente élection), en cas de triangulaire, par exemple, un second tour serait organisé. Mais il faudra attendre qu’aucun recours suspensif n’intervienne, et même si c’est le cas, le futur président ne sera pas installé avant l’an prochain. Drame : pas d’allocution présidentielle pour le Nouvel An. Colossal malheur. Un facétieux gremlin en profitera-t-il pour prononcer un discours ? Allez savoir… En tout, cas, c'est sûr « c'était mieux avant ». Pour l'Anschluß, en mars 1938, c'était plus simple. #Élections