L'ONU devait se rassembler quelques heures après le nouvel essai #Nucléaire de la #Corée du Nord. La communauté internationale a immédiatement censuré cet acte délibéré, connu à ce jour comme l'essai nucléaire le plus performant depuis 2006 pour la Corée du Nord. Les géants mondiaux appréhendent la montée en puissance de la République populaire démocratique la plus critiquée.

 

Un séisme d'une magnitude de 5,3

Les sismologues ont enregistré vendredi, un séisme artificiel d'une magnitude de 5.3. L'explosion, qui a eu lieu à la date d'anniversaire du pays (1948), serait à l'origine d'une bombe nucléaire à la capacité de 10 kilotonnes d'après les experts sud-coréens. D'après les américains, il s'agirait d'un essai nucléaire de 30 kilotonnes (soit deux fois la puissance d'impact d'Hiroshima). Les incertitudes restent cependant très effrayantes. D'après la République populaire, il est question d'une bombe à hydrogène. Or, une bombe à hydrogène n'excède pas les 6 kilotonnes et n'atteint donc pas les 10 kilotonnes. Pourtant, cela procure aujourd'hui au pays le savoir faire de "miniaturiser une ogive nucléaire de manière à pouvoir la monter sur un missile". Si la Corée du Nord parvient à performer ses bombes, elle pourrait atteindre l'Amérique sans aucun doute. Après des essais tirés de sous-marins, les tensions avaient déjà commencé à prendre de l'importance et à l'heure actuelle, il s'agit véritablement de crainte à l'égard de la Corée du Nord. L'objectif du pays serait d'être reconnu comme une puissance nucléaire mondiale.

 

Pékin en situation difficile

La Chine se retrouve dans une situation délicate face à la Corée du Nord. Pékin, sous pression vis à vis de la communauté internationale, a le devoir de faire entendre raison à "son amie". Les essais de Pyongyang renforcent l'idée des américains et des sud-coréens, celle de placer un bouclier antimissile. La Corée du Nord, toujours dans l'objectif de pouvoir atteindre le continent Nord-Américain, se retrouve dans la ligne de mire, pour la énième fois .