À 12h44, heure de Paris (19h44 à Séoul), la terre a fortement tremblé en #Corée du Sud. Selon les premières données, deux séismes ont eu lieu au Nord de la ville de Ulsan au cœur du parc naturel régional de Gyeongju, qui se situe à environ 400 kilomètres au sud-est de Séoul, la capitale de la Corée du Sud. Pour la première secousse de 4,9 à 5,1 sur l’échelle de Richter, “l'épicentre du #Séisme est situé à la longitude 129,0961 et la latitude 35,7574, à 31,13 km de Ulsan”, relève le site Sismique.zone. Et la seconde entre 5,4 et 5,8, se trouve “à la longitude 129,2267 et la latitude 35,7686, à 26,66 km de Ulsan”.

 

La Corée du sud historiquement secouée

Pour le moment, les autorités locales n’annoncent que des dégâts matériels et peu important. Pourtant ces secousses ont été ressenties partout dans le pays et font parties des plus importantes de l’histoire du pays. Seulement deux séismes ont été plus forts depuis que les mesures sont archivées : 7,1 en 1975 et 6,5 en 1950. La Corée du Sud est donc habituée à ce que son sol tremble. Ainsi, selon le site Sismique.zone, qui recense tous les séismes qui secouent la planète, il y a déjà eu de 3 tremblements de terre depuis le début de l’année 2016. Ces secousses interviennent quelque jours après un autre tremblement de terre qui lui est survenu en #Corée du Nord. Mais ce dernier a été la conséquence d’un essai nucléaire à Punggye-ri, le site de tests nucléaires de la République populaire et démocratique de Corée (RPDC). L’essai en question avait provoqué une secousse mesurée à 5,3. Depuis, la Communauté internationale est mobilisée pour condamner cette initiative de la Corée du Nord.

 

La France tremble un peu

La terre tremble un peu partout. En France aussi. Samedi soir, une secousse de magnitude de 3,9 a été ressentie dans la région de Tarbes et Lourdes. Quelques heures auparavant, c’était la Macédoine avec un séisme de magnitude 5,3 et le Nord du Pérou avec un tremblement de terre de 6,1 où les autorités n’ont constatés que des dégâts matériels.