Obama n’a pas de chance. En tant que Président noir il a été confronté à un problème qui a duré tout au long de ses deux mandats : des Noirs américains ont été abattus par la police. Les policiers meurtriers étaient blancs et les victimes noires. Il a donc pu aisément poser la question du port des armes aux Etats Unis. Il n’a jamais été entendu car la Constitution américaine reconnait à chaque Américain le droit de porter une arme pour se protéger. L’agression des populations noires par des Blancs étaient une aubaine pour les associations noires et pour le Président des Etats Unis qui, malgré tout, devait garder un équilibre entre les communautés pour ne pas être accusé de parti pris.

Publicité
Publicité

Il s’agissait de montrer que la société américaine était profondément raciste et que ce #Racisme s’exprimait de façon brutale et radicale envers les populations noires et aujourd’hui de façon variable envers les populations latino-américaines.

 

Les révoltes des populations à Charlotte sont intéressantes car elles permettent de voir comment la communauté afro-américaine va dénoncer cet acte raciste et disproportionné dans la mesure où le policier qui a abattu l’afro-américain était lui-même noir. Il a été suspendu. Il faisait partie d’un groupe de policiers qui ont été mandatés et diligentés pour arrêter un suspect. Il y a eu mal donne dans la mesure où la victime Keith Lamont Scott n’était pas le suspect recherché. Keith Lamont Scott était garé sur un parking et les policiers l’ont confondu avec le suspect qu’ils recherchaient.

Publicité

Ils lui ont demandé de sortir de sa voiture et de lâcher son arme, ce que Keith Lamont Scott n’a pas fait. Le policier noir aurait donc tiré. Il est important que la police de Charlotte rende au plus vite une vidéo des faits si elle existe.

 

Il est plus facile de parler du racisme quand un policier blanc américain tire sur un Noir, or, dans le cas présent, c’est un Noir qui tire sur un autre Noir. Comment qualifier cet acte barbare ? S’agit-il d’un acte raciste ou d’un simple dérapage ? La réponse à apporter est intéressante pour les sociologues et les analystes des dérapages de la police blanche en direction des Noirs américains. Le racisme serait-il marqué par l’animosité des policiers blancs envers les Noirs ou simplement le marqueur d’une société et d’un système dans lequel les Noirs ne sont que des variables d’ajustement et sont implicitement considérés comme des délinquants, des malveillants ?

 

Il est intéressant de voir aussi ce que vont dire les associations françaises antiracistes comme le CRAN (Conseil représentatif des associations noires) concernant la tuerie de Charlotte.

Publicité

Tiens, nous sommes au cœur d’un débat intéressant. Aux Etats Unis un policier noir tire sur un autre Noir, s’agit-il de racisme ou de dérapage ? En Afrique des Noirs au gouvernement tirent contre d’autres Noirs pour garder le pouvoir, racisme ou dérapage ? Où se trouve la ligne de partage et la réalité des faits étudiés par les âmes humanistes et non violentes ? #France #Etats-Unis