Arrivé à Vientiane ce mardi 6 septembre 2016, Obama, premier président des Etats-Unis à visiter le Laos, a fait part de son intention d’aider le pays durant les trois années à venir, à se débarrasser des bombes non explosées laissées par la guerre du Vietnam.

 

Une "obligation morale"

Durant neuf ans, les #Etats-Unis ont mené une campagne de bombardement du Laos dans le but de couper l’approvisionnement des forces vietnamiennes. L’argent promis sera dépensé pour retrouver et défaire le pays d’environ 80 millions de bombes à sous-munitions qui n’ont pas explosé durant la guerre et qui présentent une menace considérable pour la population du pays.

Publicité
Publicité

Depuis la fin de la guerre, ces mines ont tué ou mutilé environ 20 000 laotiens.  "De 1964 et 1973, les Etats-Unis ont largué plus de deux millions de tonnes de bombes sur le Laos. Plus que ce que nous avons largué pendant la seconde guerre mondiale sur l’Allemagne et le Japon réunis. Cela fait du Laos le pays qui a reçu le plus de bombes par habitant.  Comme l’a dit un Laotien, les bombes tombaient comme la pluie." explique Obama. "Du fait de ce conflit, beaucoup de gens ont dû quitter leurs foyers. A cette époque, l'Amérique n'a pas reconnu son rôle. Je pense que les Etats-Unis ont l'obligation morale d'aider le Laos à panser ses plaies." a-t-il déclaré.

 

Le président du Laos, Bounnhang Vorachit, a accueilli ce geste comme une invitation à renforcer la confiance mutuelle entre les deux pays, suite à ce programme de bombardement qui a frappé de plein fouet la population laotienne et qui encore, de nos jours, fait en moyenne 50 victimes par an.

Publicité

En retour, le gouvernement laotien a promis d’aider à la localisation d’américains disparus durant la guerre.

Obama fait partie des leaders mondiaux assistant au sommet de l’Association des nations de l’#Asie du Sud-Est qui, cette année, a lieu du 6 au 8 Septembre à Ventiane. Pour le président américain, cette visite sera un élément de consolidation des relations entre les Etats-Unis et les pays de l’Asie du Sud. C’est un moyen pour lui d’affermir sa tentative de contrer la domination de la Chine en Asie et d’assurer sa présence dans les marchés en croissance.

  #Barack Obama