Le "Fertility Day" 2016, a beaucoup fait parler de lui ces jours-ci en #Italie. Il s'agit d'une initiative voulue par la Ministre de la santé Italienne Lorenzin qui a fait insurger les Italiens au point d'en réclamer la révocation ainsi que des excuses de la part du Gouvernement.

 

La beauté n'a pas d'âge... La fertilité, oui

Pensée comme une campagne d'information des Italiens sur le rôle de la fertilité dans leur vie, sur la durée de la période fertile et sur la manière de sauvegarder ce bien défini "public" grâce à la prévention des facteurs de risque, cette initiative est mal partie puisque les Italiens ont perçu ses messages comme une grave offense.

Alors que le Président du Gouvernement Matteo Renzi affirme ne pas avoir été mis au courant du lancement de cette campagne la Ministre de la Santé, elle, admet quelques "maladresses" dans la communication du Fertility Day.

 

Journée de la Fertilité: quèsaco? 

"Une journée dédiée à la sensibilisation du public sur le thème de la fertilité et de la diminution des naissances en Italie", telle est la définition que l'on retrouve sur le site du Ministère de la Santé Italien. En effet, le pays enregistre depuis plusieurs décennies une moyenne du nombre d'enfants par femme très bas. Selon la Ministre les initiatives en soutien des familles ne suffisent pas à stimuler la parentalité et doivent être accompagnées de politiques sanitaires et éducatives des Italiens. Programmée pour le 22 septembre 2016, cette journée de "célébration de la santé sexuelle et reproductive des femmes et des hommes" a profondément offusqué les Italiens par la teneur de ses messages, parmi lesquels on peut lire "La beauté n'a pas d'âge... La fertilité, oui" et "Sécoue-toi, n'attends pas la cygogne!" qui ont immédiatement suscité la polémique. Selon les Italiens, ces phrases créent trop de pression sur les femmes, et plus particulièrement sur celles qui ne peuvent pas avoir d'enfants pour des raisons médicales ou économiques. De nombreuses personnes ont également comparé ces messages à ceux utilisés dans les années '900 par les régimes autoritaires afin d'inciter les familles à faire des enfants pour mieux servir l'Etat.

  

La Ministre, quant à elle, défend le bien fondé de l'initiative et déclare que les messages qui ont heurté la sensibilité du public seront modifiés mais la campagne sera maintenue. Affirmation fortement contestée par ses concitoyens qui, indignés, estiment qu'au delà du contenu de ses messages, l'idée même de cette campagne est offensante. Parmi les questions que les Italiens expriment sur les réseaux sociaux on retrouve: "Comment la Ministre peut-elle ignorer combien il est difficile pour une femme, en Italie, de décider de devenir mère avec la crainte de perdre son travail?" , "Ne sait-elle pas combien coûte une crèche, même publique?" et "Pourquoi cette campagne n'incite que les femmes, alors que depuis des décennies l'homme et la femme se battent en faveur de l'équilibre dans le couple?". 

 

De l'opinion publique générale, en plus d'offenser les couples et les familles, cette campagne constitue une intrusion dans la vie intime des Italiens, elle les culpabilise en met en discussion leurs choix et décisions. Un autre élément de polémique non négligeable est le coût de l'opération: les Italiens estiment qu'avec la crise économique qui frappe l'Italie et les coupures du Ministère de la Santé dans les remboursement des soins aux malades, l'Etat n'aurait pas dû dépenser 113 mille euros pour cette action inutile voire déplacée. Pour l'anecdote, le Gouvernement Italien n'a pas été le seul a avoir fait une erreur embarrassante: le Fertility Day ayant déjà connu des ratés aux Etats Unis en 2011 et en Grande Bretagne et Singapour en 2013.  #fertilité