#Shimon Peres, dernier père fondateur d'#Israël est mort le 28 septembre 2016 des suites d'un accident vasculaire cérébral (AVC.) Accident cérébral survenu quinze jours plus tôt alors qu'il fêtait les 23 ans, jour pour jour, des fameux "Accords d'Oslo" qui lui valurent son Prix Nobel de la paix en 1994, et les éloges d'aujourd'hui. Shimon Peres est assurément un homme politique qui a donné toute son âme à Israël; il n'avait que 26 ans en 1948 date de la création d'Israël, et décida lui-même de mettre fin à sa carrière politique en 2014, à 91 ans, alors qu'il était Président de l'Etat d'Israël durant 7 ans.

Shimon Peres l'artisan de la paix.

Les grands de ce monde connaissaient tous Shimon Peres puisqu'il était leur doyen à tous, et ils saluent l'homme de paix pour ses efforts de négociation avec Yasser Arafat. Négociations qui avaient abouties aux "Accords d'Oslo" censés désamorcer le conflit en plusieurs étapes.

Publicité
Publicité

La première de ces étapes consistait au désengagement militaire israélien de la bande de Gaza et du secteur de Jéricho. Mais surtout les Palestiniens obtenaient la reconnaissance d'une "autorité palestinienne" qui est encore considérée aujourd'hui comme l'interlocuteur légal des israéliens et de la communauté internationale. Mahmoud Abbas, président en exercice de l'autorité palestinienne a très diplomatiquement salué un "interlocuteur courageux." Mais les éloges ne tarissent pas à l'Ouest, Obama a salué un "ami" et Bill Clinton déplore la perte d'un "icône." François Hollande considère "qu'Israël a perdu un de ses hommes d'Etat les plus illustres, la paix un de ses plus ardents défenseurs et la France un ami fidèle",  tandis que le premier ministre français s'est exprimé en ces mots: "Une conscience pour l'humanité, un infatigable bâtisseur de la paix vient de nous quitter, le monde est en deuil."

Shimon Peres, le fossoyeur de la paix!

Mais malheureusement ce sont ses efforts et les promesses des "Accords d'Oslo" qui avaient été récompensés par son prix Nobel, plus que le résultat.

Publicité

Car les "Accords d'Oslo" ne furent jamais mis en place et au contraire la répression augmenta. Aux vues des bombardements actuels de Gaza et de la colonisation générale de la Cisjordanie, par une violence inouïe qualifié d'apartheid par les observateurs sud-africains, les "Accords d'Oslo" n'ont été qu'un vœu pieu. D'où le silence du monde arabe devant le flot d'éloges occidentales.

Car l'histoire est implacable; deux ans après son prix Nobel, Shimon Peres qui cumulait exceptionnellement les postes de ministre de la défense et de premier ministre déclencha l'opération des "Raisins de la colère" contre le Hezbollah au sud du Liban. Mais il dut stopper son offensive après le bombardement d'un camp de l'ONU qui fit 102 victimes civiles... C'est d'ailleurs pourquoi le ministre de la santé libanais vient de déclarer sans détour: " Satan sera heureux d'accueillir son homologue." Non seulement Oslo a échoué mais Shimon Peres a continué de faire la guerre, a soutenu Netanyahou dans l'édification des "murs de protection", le blocus de Gaza et les bombardements.

Publicité

Face à ce bilan aussi décevant que cruel, Leila Shahid, ancienne ambassadrice emblématique de la #Palestine en France et auprès de l'Union Européenne, a donné le ton de ce que ressentent les palestiniens: "Shimon Perez a aussi contribué à tuer la paix."