Une nouvelle révolution arabe ? Pour certains observateurs, la situation rappelle celle de Mohamed Bouazizi, un vendeur de fruits et légumes qui s'était immolé en Tunisie après que des policiers aient saisi son stock. Le drame s'est passé dans la soirée du vendredi 29 octobre. Mouhcine Fikri, un marchand de poissons d'une trentaine d'années est une première fois interpellé par la Police à un barrage de police. Il a ensuite été arrêté peu après, surpris avec une importante quantité d'espadon dans sa voiture, une espèce interdite à la pêche. La procédure prévoit alors de détruire la marchandise illégale, et c'est en essayant de sauver ses produits que la victime a été happée par la machine.

Publicité
Publicité

La mort à Al-Hoceima sur internet

La #mort de ce vendeur a été filmée sur un téléphone portable puis diffusée sur internet. Une image du jeune homme sans vie dont la tête et un bras sortaient de la machine de compactage a servi de mot d'ordre sur les réseaux sociaux pour des rassemblements dans tout le pays. Des manifestations ont même eu lieu dans les principales grandes villes marocaines telles que Casablanca, Marrakech ou Rabat.

Les funérailles de la victime ont eu lieu ce dimanche. Des milliers de Rifains se sont assemblés à cette occasion pour rendre hommage à celui qu'ils appellent le "martyr Mouhcine". Ils cherchaient aussi à interpeller le pouvoir central sur l'arbitraire dont sont victimes les habitants de cette région à l'histoire rebelle et à la forte identité berbère.

Publicité

Le roi du Maroc réclame une enquête minutieuse et approfondie

Actuellement en tournée diplomatique en Afrique de l'Est, le roi a dépêché son ministre de l'Intérieur pour "présenter les condoléances et la compassion du souverain à la famille du défunt". Il a aussi donné des instructions précises pour que soit établies rapidement les circonstances exactes de la mort du jeune homme. Le ministre de l'Intérieur a fait savoir que les coupables ne resteront pas impunis. Les conclusions devraient être connues dans quelques jours. Une situation qui fait désordre à quelques semaines de la COP 22. #Maroc #AlHoceima